Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

24 h du Mans: Un duel Peugeot-Audi sous haute tension

24 h du Mans: Un duel Peugeot-Audi sous haute tension

Par ,

Après deux échecs successifs, Peugeot tentera de battre Audi ce week-end au Mans. Mais l’ambiance s’annonce tendue dans la Sarthe, le constructeur français ayant porté réclamation contre son rival avant la course.

Peugeot n’a plus le choix: après ses échecs de 2007 et celui, plus frustrant encore, en 2008, la firme au Lion doit s’imposer dans la classique d’endurance, sous peine de compromettre son avenir dans cette discipline. Face aux véloces 908 HDI, Audi alignera ses nouvelles R15 TDI, déjà victorieuses à Sebring en mars. Trois Peugeot 908 officielles contre trois R15 d’usine: la bataille s’annonce savoureuse.

Mais ce combat des chefs a déjà pris un goût de polémique avant même le début des premiers essais. Peugeot a en effet porté officiellement réclamation contre Audi. En cause: la partie avant des R15 qui présente, selon l’équipe française, des éléments aérodynamiques non conformes au règlement.

On voit mal Audi revoir ces éléments avant la course, d’autant qu’elle juge ces accusations non fondées. Ces appendices aérodynamiques ont d’ailleurs été validés par l’ACO, comité organisateur, il y a quelques semaines de cela.

Olivier Quesnel, directeur de Peugeot Sport, a d’ores et déjà annoncé que si cette réclamation était rejetée par les commissaires sportifs manceaux, son équipe ferait appel de cette décision auprès de la FIA.

Pour autant, Peugeot écarte la possibilité de se retirer de la course, et est bien décidée à se battre sur la piste, comme le conclut son communiqué officiel publié mardi : « Maintenant que cette procédure est engagée, toutes nos énergies se concentrent sur notre objectif prioritaire 2009 : tenter de gagner les 24 Heures du Mans. Place donc à la course ».

Ainsi, il y a fort à parier que si Audi gagne, la fête sera gâchée, et on ne connaîtra le nom des vainqueurs que bien plus tard, à l’issue d’une décision de la commission de la FIA à Paris. Reste à Peugeot à s’imposer sur la piste, car une victoire sur tapis vert n’aurait évidemment pas la même saveur.

Derrière ces deux géants, on retrouvera deux Audi R10 privées (Kolles) et une 908 engagée par l’écurie Pescarolo Sport. Se hisser sur le podium final serait un véritable exploit pour ces deux équipes, mais tout est possible au Mans.

La mission sera encore plus ardue pour les titulaires d’un moteur essence, derrière ces neuf protos diesel. Car la réglementation est encore favorable à ces derniers, malgré un ajustement des équivalences par l’ACO durant cet hiver. Des modifications bien insuffisantes pour permettre aux LMP1 essence de lutter avec les diesels.

Quoi qu'il en soit, plusieurs équipes seront en lice pour la victoire dans la catégorie officieuse des LMP1 essence. À commencer par Aston Martin, qui fait son retour officiel dans la catégorie reine, 50 ans après son succès dans l’épreuve, et qui aura pour adversaire principal les deux voitures Oreca-AIM et une Pescarolo-Judd. De l’aveu des patrons de ces écuries, même le podium est inenvisageable.

On suivra également la catégorie LMP2, où les Porsche RS Spyder, vainqueurs l’an passé, partent à nouveau favorites, même si le nouveau règlement a resserré les performances. Les Lola et Pescarolo profiteront-elles de l’occasion ?

Si en GT1, la victoire ne devrait pas échapper à Corvette, bien esseulée, il sera tout de même intéressant de suivre le duel entre les C6R officielles, qui font ce week-end leurs adieux à la catégorie avant de passer en GT2, et les C6R privées de l’équipe de Luc Alphand.

Enfin, en GT2, le duel classique entre Ferrari et Porsche se poursuit. Avec un avantage, au moins numérique, aux voitures italiennes. C’est d’ailleurs une Ferrari, celle de Risi Competizione, qui s’était imposée en 2008. Porsche, qui a placé nombre de ses pilotes officiels dans différentes équipes privées, entend bien reprendre la main.

Les premiers essais libres se déroulent ce mercredi, en soirée, alors que les essais qualificatifs se tiendront jeudi, de 19h à 24h, heure française. Enfin, le départ de cette 77e édition sera donné à 15h, par Luca de Montezemolo, président de Ferrari.



photo:Audi