Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

24 Heures du Mans: Triomphe Audi, débâcle Peugeot

24 Heures du Mans: Triomphe Audi, débâcle Peugeot

Par ,

Après un début de course totalement dominé par les Peugeot 908, Audi a signé un incroyable triplé au final de la 78e édition des 24 Heures du Mans, profitant d’une série d’ennuis techniques sur les quatre prototypes français.

Samedi soir, si Peugeot avait déjà perdu la voiture n°3, qui s’était élancée en pôle position, suite à une rupture de suspension après seulement trois heures de course, l’équipe française semblait avoir les choses en main, la n°2 menant la course devant la 908 n°4 de l’équipe ORECA.

Mais la voiture ORECA allait rétrograder dans le classement après une longue intervention aux puits durant la nuit. Et à 7 heures du matin, catastrophe : la n°2 qui occupait largement la tête cassait son moteur, avec Franck Montagny au volant. Peugeot pouvait renoncer à la victoire, alors que celle-ci semblait jouée d’avance pour le constructeur français.

Les Audi, certes moins rapides mais finalement plus fiables que les prototypes français sur la durée de la course, récupéraient les trois premières places, celles de Bernhard-Dumas-Rockenfeller s’installant au commandement alors qu’il restait 8 heures de course.

Pour conclure la débâcle Peugeot, celle de l’équipe ORECA, alors 5e, renonçait définitivement après une casse moteur. La 908 rescapée, celle de Davidson-Wurz-Gene, tentait le tout pour le tout pour revenir sur le trio Audi, mais sans succès : elle devra se contenter du 4e rang.

Incontestable succès en LMP2 pour la HPD Acura de l’écurie Strakka Racing. L’équipe britannique, longtemps en lutte avec l’autre HPD de Highcroft Racing, a su conserver son avantage du début à la fin décrochant même la 5e place au classement général, alors que la voiture rivale rétrogradait suite à des ennuis techniques.

En GT1, grosse déception également pour les Ford GT de l’écurie Matech. La voiture pilotée par Grosjean-Mutsch-Hirschi semblait intouchable en tête, avant qu’une Pescarolo LMP2 ne vienne l’éperonner peu avant minuit. Puis, ce fut une casse moteur qui anéantissait tous ses espoirs. Du coup, c’est la Saleen de l’écurie Larbre Competition qui remporte l’épreuve, dans une catégorie décimée puisque seules trois voitures (sur huit) ont rejoint l’arrivée.

Beaucoup de rebondissements également en GT2. La Ferrari F430 Risi Competizione et la Corvette officielle n°63 se sont longtemps livré une dure bataille. Mais la Ferrari était retardée par des ennuis mécaniques, et la Corvette perdait du temps après une sortie de route suite à un contact avec la Peugeot 908 de Davidson. C’est finalement Porsche qui tirait les marrons du feu et récoltait une victoire inespérée, grâce au succès de l’équipe Felbemayr Proton.

Au final, ces 24 Heures se sont révélées être l’une des éditions les plus difficiles de ces dernières années, avec exactement la moitié des voitures seulement (28 sur 56) qui ont pu rallier l’arrivée, et ceux qui ont été épargnés par les ennuis, ou ont su éviter les embûches sur la piste, ont décroché une bonne place au classement général : la Porsche GT2 victorieuse est 11e du classement !

Classement final des 24 Heures du Mans 2010 :

1 - Rockenfeller-Bernhard-Dumas (Audi R15) - Audi - 397 tours (1er LMP1)
2 - Lotterer-Fassler-Treluyer (Audi R15) - Audi + 1 tour
3 - Kristensen-McNish-Capello (Audi R15) - Audi + 3 tours
4 - Ayari-Andre-Meyrick (Oreca-AIM) - Oreca + 28 tours
5 - Leventis-Watts-Kane (HPD ARX-01C) - Strakka + 30 tours (1er LMP2)
6 - Primat-Mucke-Fernandez (Lola Aston Martin) - Aston Martin + 32 tours
7 - Lahaye-Moreau-Charouz (Pescarolo-Judd) - OAK + 36 tours
8 - Newton-Erdos-Wallace (Lola-HPD) - RML + 39 tours
9 - Nicolet-Hein-Yvon (Pescarolo-Judd) - OAK + 56 tours
10 - Ojjeh-Greaves-Chalandon (Ginetta-Zytek) - Bruichladdich + 56 tours
11 - Lieb-Lietz-Henzler (Porsche 997) - Felbermayr + 59 tours (1er GT2)
(…)
13 - Berville-Canal-Gardel (Saleen S7R) - Larbre Competition + 66 tours (1er GT1)
Etc.