Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

À bas les dangers de la conduite hivernale!

À bas les dangers de la conduite hivernale!

Par ,

Conduire dans la neige peut être amusant. Je dis bien « peut », car la majorité des gens ne passent pas leur temps à jouer avec le frein à main pour effectuer des dérapages contrôlés. En fait, les conditions routières hivernales que nous présente Dame Nature intimident et effraient plusieurs automobilistes canadiens. 

Pour survivre à la saison froide, il importe de bien comprendre le fonctionnement de sa voiture et de maîtriser les techniques de conduite appropriées. Certaines compagnies automobiles proposent d'ailleurs des formations spécialisées qui peuvent rendre n'importe qui meilleur au volant en hiver. 

Mercedes-Benz nous a récemment invités à son académie pour essayer les nouvelles CLA 250 4MATIC et B 250 4MATIC sur une piste glacée. Au menu : différents exercices de slalom, de dérapage et de freinage.

En passant, si vous vous inscrivez au programme complet d'une journée, vous pourrez également conduire des C 300 4MATIC, GLA 250 4MATIC et ML 350 BlueTEC 4MATIC, voire même un coupé C 63 AMG et un roadster SL 63 AMG, entre autres. 

Peu importe le modèle, ce sont les leçons apprises à l'académie de conduite hivernale de Mercedes-Benz qui font la différence. Après tout, l'objectif ultime est de pouvoir maîtriser efficacement n'importe quel véhicule dans des conditions défavorables.

En mettant l'accent sur le dérapage contrôlé, la distance de freinage et le comportement sur une chaussée glissante, les instructeurs nous ont enseigné les rudiments de la conduite hivernale incluant le fonctionnement du système de contrôle électronique de la stabilité.

Le beau (et le moins beau) côté de l'antidérapage 
Ce système nous vient en aide dans des situations précaires, souvent en dosant l'accélérateur, les freins et la répartition de la puissance entre les roues, tout ça pour nous garder sur le droit chemin ou encore nous permettre de négocier une courbe en toute sécurité.

Il y a de quoi être un peu déconcerté quand l'antidérapage entre en jeu. La pédale d'accélérateur peut interrompre son action, tandis qu'un drôle de bruit peut se faire entendre lorsque les roues cherchent de l'adhérence et que les freins antiblocage embarquent. On a alors tendance à réagir de façon exagérée avec le volant et les pédales pour essayer de regagner le contrôle. 

Or, le système antidérapage travaille le mieux quand on le laisse à l’œuvre. Dès qu'on sent la voiture glisser, il faut relâcher l'accélérateur et ne pas tourner le volant; je vous garantis qu'elle va reprendre très vite la trajectoire voulue, presque comme par magie. Dans le cas de Mercedes-Benz, le système de transmission intégrale 4MATIC détermine quelle roue a le plus et le moins d'adhérence et distribue la puissance en conséquence. En tournant le volant, on complique tout simplement sa tâche et on retarde l'effet que l'on recherche. 

D'un autre côté, ce n'est vraiment pas facile de céder le contrôle à une machine et d'attendre que la situation se redresse. Avec les Mercedes-Benz équipées du système 4MATIC, on peut désactiver l'antidérapage pour conduire à notre guise. Évidemment, ça veut aussi dire qu'il faut se concentrer et travailler beaucoup plus au volant; dans les faits, peu de gens savent comment se débrouiller dans pareilles circonstances.

Monsieur et Madame Tout-le-monde qui achètent une B 250 4MATIC ou CLA 250 4MATIC seront ravis du travail effectué par le système de contrôle de la stabilité. C'est un excellent moyen de rendre la conduite hivernale plus prévisible, mais en même temps, il n'est pas trop envahissant ni dérangeant. Voyez-le plutôt comme un guide ou un ange gardien.