Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

AJAC, le Jury, Auto123.com et vous

AJAC, le Jury, Auto123.com et vous

Par ,

Le top du top… du top?

Je suis fièrement membre de l’Association des journalistes automobiles du Canada, et ce, depuis cinq ans. À l’époque, après près de sept années à mettre de nouvelles voitures à l’essai, j’estimais que je ferais bien de joindre un groupe de professionnels et ainsi augmenter mon poids dans l’industrie.

Avec le temps, j’ai personnellement trouvé que les avantages d’être membre sont limités, surtout que je ne suis pas pigiste. Honnêtement, outre ma carte de presse et l’accès à certaines marques (dont je soupçonne que je pourrais toujours avoir en n’étant plus membre), le seul autre privilège, c’est le Festival des essais. Il s’agit du rassemblement canadien annuel de tous les véhicules neufs ou largement améliorés. Ici, les journalistes invités votent pour les meilleurs modèles dans chaque catégorie, desquels on choisira la meilleure nouvelle voiture et le meilleur nouvel utilitaire.

Photo: Matthieu Lambert/Auto123.com

Je vais vous épargner les détails et les contradictions éventuelles de ce processus, et je le répète, je suis fièrement membre de l’AJAC. Peu importe, beaucoup de travail entre dans la planification de l’événement, et je suis toujours reconnaissant envers ceux qui œuvrent dans les coulisses.

Hier, j’ai lu le papier de Michael Banovsky où il explique pourquoi il se fiche des prix Véhicule de l’année. Fidèle à lui-même, Banovsky était divertissant et franc. J’ai hoché la tête à plusieurs reprises tout au long de l’article. Il avance des arguments valables, par contre, et au risque de simplifier les choses à outrance, voici la réalité : quand le trophée indique « Meilleure nouvelle voiture familiale de plus de 30 000 $ », tout dépend de l’interprétation qu’on fait du qualificatif « nouvelle ». Dans le cas de l’AJAC, il s’agit de « nouvelle pour cette année » et non « nouvelle parmi toutes les voitures neuves qu’on peut acheter chez les concessionnaires ». Et voilà. Servez-vous du prix comme critère.

Pour ce qui est du Jury automobile canadien, son objectif est de guider les acheteurs vers le meilleur produit. À l’insu des deux groupes, l’an dernier ils ont tous deux, eux et nous, pensé qu’il serait salutaire d’offrir plus de prix (discutable…). La grande différence entre les deux, c’est que nous ne discréditons par l’AJAC et leur Voiture canadienne de l’année, car nous croyons qu’il y a de la place pour tout le monde, pourvu qu’on œuvre dans le même sens.
Photo: Matthieu Lambert/Auto123.com

Et nous voici. Auto123.com, votre gentil portail pancanadien de passionnés d’automobiles. J’ai l’impression que je suis sur le bord de dévoiler nos secrets… Tant pis! Pour ceux qui ne l’auraient pas deviné, voici comment ça marche :

Auto123.com compte 10 journalistes automobiles au Canada qui votent : deux femmes, huit hommes (une meilleure moyenne que la plupart). Tout au long de l’année, comme groupe, nous essayons bien au-delà de 500 véhicules. Oui, il y a certains dédoublements, mais en général, nous mettons la main sur à peu près tout ce qu’il y a de neuf qui ne s’appelle pas Lamborghini Gallardo ou Aston Martin DB9. Voici donc notre définition de « nouveau » : tous les nouveaux véhicules offerts aux consommateurs à l’intérieur de catégories déterminées.

Vous commencez à comprendre? Par exemple, notre catégorie « Voiture compacte » compte plus de 20 candidats. L’an dernier, la Mazda3 a remporté les honneurs. Cette année, la 3 pourrait à nouveau revenir victorieuse selon le calibre de la compétition pour cette année modèle. Le meilleur « nouveau » véhicule de la catégorie l’emporte…

En passant, si un constructeur désire mentionner notre Prix dans ses publicités, nous n’en vendons pas le droit d’utilisation. Essentiellement, et avec notre bénédiction, ils peuvent l’utiliser gratuitement. C’est aussi simple que ça. Aucun dépôt requis. De plus, nous réglons la note de notre propre événement, nous faisons venir nos collaborateurs à notre cérémonie à Toronto à nos frais et nous payons également les trophées que nous leur offrons. Les seuls frais que risquent d’encourir les constructeurs, c’est quand ils désirent une copie du trophée. Nous les faisons faire et remettons la facture aux constructeurs, sans faire de bénéfices.

Il faut avouer que notre méthode n’est pas sans faille, mais nous le savons et le reconnaissons volontiers. Certaines catégories comprennent des voitures ne valant que 25 000 $ et d’autres au-delà de 100 000 $, donc on ne peut pas toujours magasiner les concessionnaires. Consciencieusement, tout comme l’AJAC, nous devons accorder des concessions, sans quoi on se retrouverait avec plus de 50 catégories, et personne n’a le goût de se taper une remise de prix s’étirant sur cinq heures.

De plus, nous ne discernons pas de prix Nouvelle voiture ou Nouvel utilitaire de l’année. On évite ainsi de mettre certains modèles sur un piédestal, comme ceux dont le volume de vente est bas, dont le prix de vente est élevé et qui ne sont pas pertinents pour 99 % des consommateurs.

Bref, tout ce que les constructeurs doivent faire est de nous fournir des véhicules de presse pour l’essai, comme ils le font depuis des années. Nous ne cherchons pas à être rémunérés et ne formulons pas de demandes spéciales, surtout dans le pire des cas (il y en a parmi vous qui comprendront).

Et voilà! La perfection n’est pas de ce monde, mais je crois que nous offrons une des meilleures recettes à votre avantage, les consommateurs, tout en félicitant les constructeurs quand ils réussissent un bon coup.

Notre cérémonie se déroulera à Toronto le 25 novembre prochain.