Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Alerte aux appareils pour contrer le sommeil au volant

Alerte aux appareils pour contrer le sommeil au volant

Par ,

Communiqué de presse
Source : CAA-Québec

QUÉBEC, CAA-Québec met en garde les automobilistes qui envisagent l'utilisation d'appareils destinés à les garder éveillés au volant en cas de fatigue. Ces produits vendus à bas prix induisent un faux sentiment de sécurité et peuvent inciter les automobilistes à conduire au-delà de leurs limites.

"On ne peut se fier à ces dispositifs. En effet, ils fonctionnent généralement en émettant un son strident lorsque la tête du conducteur penche vers l'avant, mais ne se déclenchent pas si le conducteur ferme les yeux ou si sa tête bascule vers l'arrière", explique Sophie Gagnon, directrice principale des relations publiques et gouvernementales chez CAA-Québec.

Fatigue et jugement ne font pas bon ménage

Des réflexes plus lents, une attention diminuée et un jugement faussé sont le fruit de la conduite avec les facultés affaiblies par la fatigue. Des spécialistes affirment que lorsqu'un conducteur est trop fatigué, ses facultés sont aussi amoindries que s'il était en état d'ébriété. Les premiers indices de la somnolence ne mentent pas : distorsion visuelle, bâillements fréquents, difficulté à garder les yeux ouverts, etc. Dans ces circonstances, on comprend que les appareils destinés à garder éveillés les automobilistes ne sont d'aucune efficacité.

Des appareils superflus

CAA-Québec déconseille l'utilisation d'appareils de la sorte et rappelle qu'en aucun cas ils ne devraient faire partie des solutions pour contrer la conduite avec les facultés affaiblies par la fatigue. Aux conducteurs qui éprouvent un état d'assoupissement au volant, il est recommandé de simplement s'arrêter dans un endroit sécuritaire pour se reposer et se dégourdir dès que la fatigue se manifeste.

Selon la SAAQ, la fatigue au volant est un facteur déterminant dans 23 % des accidents mortels et dans 20 % des accidents avec blessures corporelles en moyenne sur les routes du Québec de 2003 à 2006.