Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

ALMS: Conquest Racing ne regrette pas l'IndyCar

ALMS: Conquest Racing ne regrette pas l'IndyCar

Par ,

2012 marquait le début d'une nouvelle ère pour Eric Bachelart et son équipe, Conquest Racing. Ils délaissaient la monoplace pour se lancer dans l'American Le Mans Series.

Conquest Racing courait en IndyCar avant (Photo: Conquest Racing)
Conquest Racing courait en IndyCar avant (Photo: Conquest Racing)

Et la saison a commencé en force : une pôle, le meilleur temps en course et un podium aux 12 Heures de Sebring. Contrairement à ce qui a paru en piste, les débuts de Conquest en endurance ont été tout sauf aisés.

« Nous avons eu très peu de temps pour préparer la voiture, à peine quelques jours, rappelait Bachelart sur ALMS.com. C’était calculé si serré que nous n’avons même pas pris le temps de transporter la voiture dans nos locaux. »

Le Belgo-Américain ne regrette pas pour autant d’avoir complètement réorienté son équipe – qui a touché à peu près à tout en Amérique du nord : IndyCar, Champ Car, IndyLights, Formule Atlantique, etc. – vers l’endurance.

Andrew Ranger a piloté pour Conquest Racing (Photo: Conquest Racing)
Andrew Ranger a piloté pour Conquest Racing pendant leur époque Champ Car (Photo: Conquest Racing)

« Je suis très content d’être dans l’ALMS à temps plein. Nous avons une bonne équipe, des pilotes rapides et un châssis compétitif. La victoire est notre objectif. »

Sans aucun doute, la série américaine est de plus en plus séduisante, autant pour les équipes modestes que pour les manufacturiers. Les organisateurs ont déployé tous les efforts nécessaires pour limiter les coûts tout en s’assurant que la lutte soit animée.

La Morgan-Judd No. 37 P2 de Conquest Racing (Photo: Conquest Racing)
La Morgan-Judd No. 37 P2 de Conquest Racing (Photo: Conquest Racing)

« Je crois que les nouvelles règles P2 fonctionnent très bien; les coûts d’opération et les budgets de course sont très abordables. En plus, les voitures sont belles et rapides. De jour en jour, la compétition se resserre. C’est un effet domino positif : le succès attire le succès. »