Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Attention à vos têtes!

Attention à vos têtes!

Par ,

Ce n'est pas un secret. D'ailleurs, même si nous voulions le garder secret, compte tenu de l'ampleur de la couverture médiatique, les habitants de la Namibie sont au courant de ce qui se passe ici : le réseau routier de Montréal tombe en ruines!

Ça me brise le cœur. En fait, ça pourrait me briser en entier si une pièce de béton de 25 tonnes atterrissait sur ma tête...

Le plus frustrant dans toute cette histoire, c'est qu'il y a des responsables. Quelque part, des gens se cachent en dessous de leur table à dîner, sachant très bien que la faute leur revient. Étant donné la nature facilement corruptible de l'être humain, je suis persuadé que des enveloppes bien épaisses ont été échangées contre le choix de matériaux de moins bonne qualité ou l'oubli volontaire d'une partie du code de la construction.

Je suis en beau maudit parce que nous passons tous pour une bande d'amateurs et parce que chaque personne ou presque qui a demeuré à Montréal au cours des 10 dernières années a vu la catastrophe s'en venir. Bon sang!


Aujourd'hui, nous devons endurer plus de trafic, de routes fermées et de détours (qui laissent tout autant à désirer, soit dit en passant), pendant que les ouvriers rapiècent les infrastructures.

Comme c'est toujours le cas, quelqu'un, quelque part a profité de cette merde, alors que le reste avale la facture. Je veux une enquête. Je veux qu'on me rende des comptes. Appelez Inspecteur Gadget, Matlock, Sherlock et Clouseau. Je veux que le ou les clowns responsables soient traînés et écartelés devant la place publique! Monsieur Trois Paliers de Gouvernement, remédiez à la situation!

Bon, je me sens un peu mieux maintenant...

Au point où nous en sommes, nous devons déterminer une façon de régler la note. Apparemment, deux options se présentent : des péages ou des hausses de taxe sur le carburant. Je suis un partisan de la politique de l'utilisateur-payeur. Nous payons déjà notre essence assez cher, alors que nos routes en décrépitude ne nous coûtent rien. Belle logique!

Un blanc-bec surpayé et syndiqué, qui travaille quatre jours par semaine et jamais plus de 30 heures, devra concevoir un plan qui dérangera le moins de citoyens possible. Je lui souhaite bonne chance, car je ne voudrais pas me trouver à sa place. De toute façon, je le répète, nous allons tous payer. Comme toujours.

En attendant, conduisez prudemment. Regardez au loin en portant autant attention à la route qu'aux ponts et aux viaducs que vous traversez. De plus, assurez-vous de garder deux mains fermes sur le volant, à 9h et à 3h, au cas où vous devriez éviter de justesse un autre gros morceau de béton.

Que Dieu vous protège!