Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Bentley... W.O. serait fier

Bentley... W.O. serait fier

Par ,

Le Salon de l'auto de Détroit réserve toujours quelques surprises aux journalistes. En ce qui me concerne, l'édition de cette année a été la meilleure à laquelle j'ai eu la chance d'assister, et ce, grâce à une poignée de nouveaux amis que je me suis faits là-bas -- et un homme qu'on appelait tout simplement W.O.

Je vous explique...

Il y a environ un siècle, cet homme a eu une vision, soit de construire une bonne voiture, une voiture rapide, la meilleure du genre. Il s'agissait de W.O. Bentley. Encore aujourd'hui, la compagnie qui porte son nom fabrique certaines des automobiles les plus prestigieuses au monde. Cela n'est pas surprenant, pas plus d'ailleurs que le fait que Bentley soit désormais la propriété du groupe Volkswagen: la marque adopte toujours et encore sa propre philosophie distincte.


Ce qui m'a surpris, en revanche, ce sont les deux ingénieurs en tenue d'atelier qui présentaient au public de Détroit quelques-unes des techniques employées pour produire ces légendaires voitures. Je ne parle pas de vulgaires représentants formés spécialement pour l'événement mais bien de deux hommes d'âge moyen qui proviennent directement de l'usine de Bentley, en Angleterre. Ils tenaient à démontrer tout leur savoir-faire et leur souci du détail... et ainsi révéler une partie de la magie qui caractérise leurs machines.

Certains d'entre vous savent que je possède moi-même une vieille Bentley de 20 ans dans ma collection de voitures classiques, alors vous ne serez pas étonné si je vous dis que je me suis précipité vers eux à toute allure afin d'entamer une discussion.

Le premier se prénommait Dave et s'affairait à polir des garnitures en bois. J'étais bien content, car j'allais enfin pouvoir avoir de bons conseils sur la meilleure façon de réparer une fissure sur le tableau de bord de ma Bentley. Il m'a expliqué en détails la procédure méticuleuse servant à tailler et à peaufiner chaque boiserie qui orne l'intérieur des voitures de la compagnie. Il m'a aussi avoué qu'avec les progrès réalisés en matière de finis, ma fissure ne serait jamais survenue dans une Bentley moderne. Je l'ai écouté attentivement me donner des conseils précis et, en le remerciant, Dave s'est informé de l'âge de ma voiture. Quand je lui ai donné la réponse, il a souri et s'est exclamé: «C'est moi qui ai poli le vilebrequin de ta Bentley!»