Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Berlin, la belle : assister à l'histoire

Berlin, la belle : assister à l'histoire

Par ,

Alors que mes parents et amis dormaient paisiblement chez eux, au Canada, j'ai atterri dans une ville qu'on nous a fait découvrir abondamment sur les bancs d'école, mais que la vaste majorité d'entre nous n'auront jamais l'occasion de visiter : Berlin.

Photo: Miranda Lightstone/Auto123.com

Je dois avouer que je n'étais pas sûre de l'effet que la capitale allemande aurait sur moi. En général, j'aime bien les villes d'Europe, riches en histoire et en culture. Chaque coin de rue a une anecdote à raconter et chaque édifice, un secret à partager. En temps normal, je brûlerais d'envie d'explorer les moindres recoins et d'en apprendre le plus possible sur la région, mais quelque chose me fait toujours grincer un peu des dents quand je pense à l'Allemagne.

Difficile d'ignorer les atrocités commises par le régime Nazi lors de la Seconde Guerre mondiale. Malgré tous mes efforts, j'avais plusieurs images horribles en tête pendant que je déambulais dans les rues de Potsdamer Platz, au cœur de Berlin. Le coin n'était que ruines et désolation il y a environ 70 ans. Pourtant, quelques décennies plus tôt, il s'agissait d'un carrefour ferroviaire en pleine effervescence. Je ne vous ennuierai pas avec une leçon d'histoire, mais sachez que Potsdamer Platz est assez jeune pour une ville européenne.

Je m'y suis quand même sentie un peu mal à l'aise...

J'ai traversé cet après-midi le monument à la mémoire des juifs exterminés et la tristesse s'est emparée de moi. Étrange comment un événement survenu il y a si longtemps peut encore nous toucher aujourd'hui. À chaque coin de rue, quelque chose vient nous rappeler le passé sombre de l'Allemagne : un édifice du Reich, un musée consacré à l'Holocauste, la Topographie de la Terreur avec ses cellules de détention, etc.

J'ai réussi à passer du très bon temps, cela dit. Au-delà de la misère et de l'horreur, Berlin m'a séduite et fascinée. En partant de l'aéroport, j'ai immédiatement réalisé que cette ville a toujours été synonyme de travail et de fierté. Le côté col bleu saute aux yeux, mais on peut également admirer des espaces verts incroyablement beaux et bien aménagés.

La ville couvre un vaste territoire et les artères sont largement espacées, laissant beaucoup de place à la végétation. Puis, en sillonnant le centre-ville, on peut disparaître dans une petite rue adjacente, bordée de condos pittoresques, et ne plus du tout entendre le bruit de la circulation. On a l'impression de se trouver à des millions de kilomètres, alors qu'en réalité, quelques secondes seulement nous séparent des boutiques et restos. N'est-ce pas fantastique?

En prime, toutes les voitures que j'ai croisées étaient soit une Audi, une Porsche, une Volks, une BMW, une Mercedes, une Skoda ou une Citroën. Le paradis sur terre! Cette partie relativement nouvelle de Berlin croît à un rythme prodigieux et les voitures reflètent le luxe moderne des édifices qui grimpent vers le ciel.

Les BMW sont en quelque sorte les Honda des Allemands. À l'inverse, il m'a fallu deux heures de marche en ville pour repérer une première Honda. Quelle drôle de sensation pour moi, qui vient d'Amérique du Nord!

Je pense maintenant pouvoir faire un trait sur l'histoire trouble de ce pays, surtout après avoir goûté à sa capitale comme je l'ai fait aujourd'hui. Le peuple allemand est charmant et les rues de Potsdamer Platz, superbes. En rentrant à l'hôtel, j'ai croqué au passage quelques photos de la nouvelle Beetle 2012 que je vais conduire demain. Bon sang que j'ai hâte!

L'Allemagne et Berlin m'ont définitivement surprise... à mon plus grand bonheur!

Photo: Miranda Lightstone/Auto123.com