Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Chrysler développe un moteur fonctionnant à l'essence et au diesel

Chrysler développe un moteur fonctionnant à l'essence et au diesel

Par ,

L'essence et le diesel sont comme chat et chien. Combinez-les et vous obtiendrez à coup sûr des résultats désastreux. Pourtant, Chrysler a révélé lors d'un événement du Department of Energy (DOE) ayant lieu à Washington, qu'elle développait actuellement une mécanique fonctionnant avec ces deux types de carburant dans le but de rendre ses futurs produits encore plus écoénergétiques.

Le quatre cylindres de 2,4 litres turbocompressé utilise deux turbos, un dispositif de freinage régénératif servant à alimenter les accessoires du véhicule et un dispositif d'arrêt-redémarrage. Si vous suivez le monde automobile de près ou de loin, il s'agit de technologies déjà largement répandues chez plusieurs autres manufacturiers.

Tout cela, combiné avec un mélange d'essence et de diesel, suffirait à lui procurer une consommation de 7,59 L/100 km sur route dans une Town & Country 2009, normalement animée d'un V6 de 4,0 litres requérant 9,41 L/100 km, soit une amélioration de 25%.

Photo: Sébastien D'Amour/Auto123.com

Cette initiative est certes intéressante, mais on peut se demander pourquoi Chrysler emprunte cette voie. Si sa technologie venait à être commercialisée, il n'est pas impossible de concevoir que le consommateur devrait remplir deux réservoirs distincts lorsqu'il fait le plein, rendant le processus assez complexe, voire même désagréable, pour les économies générées.

De plus, plusieurs autres fabricants automobiles (Ford et l'EcoBoost, par exemple) ont prouvé que faire appel à une plus petite cylindrée turbocompressée peut fournir des performances plus qu'acceptables, tout en réduisant substantiellement la consommation de carburant de 10 à 20% selon l'application.

À elle seule, la technologie diesel peut facilement engendrer des économies en carburant de l'ordre de 25% comparativement à un moteur à essence conventionnel. Elle est non seulement éprouvée mais aussi fiable.

Dans les deux cas, les coûts d'exploitation de ces moteurs demeurent raisonnables. Cette nouvelle technologie nécessite plus de pièces et on peut donc s'attendre à des frais d'entretien plus élevés à court et long terme.

Une solution se retrouve aussi en Europe, là où le prix de l'or noir est élevé depuis belle lurette. Au Royaume-Uni par exemple, les acheteurs de Volkswagen Golf ont le choix entre 10 moteurs (cinq à essence, cinq au diesel), leur donnant ainsi la liberté de miser sur la performance, sur les économies de carburant, ou un amalgame des deux.

Dommage que Chrysler ne profite pas de l'expertise de Fiat sur le vieux continent, afin de transposer ce qu'ils font là-bas en Amérique du Nord, au lieu de se concentrer sur cette solution innovatrice, mais qui ne verra probablement jamais le jour ici.


Source : Kicking Tires