Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Un sénateur démocrate propose 454 milliards pour accélérer la transition vers des véhicules électrifiés

Le sénateur démocrate Chuck Schumer a déposé une proposition pour accélérer la transition des véhicules à moteurs à combustion vers des unités électrifiées. Au total, son plan vise à injecter 454 milliards sur une période 10 ans afin qu’au terme de cette période, 25 % des véhicules qui se retrouvent sur les routes américaines, soit 63 millions de modèles, soient passés de l’essence à l’électricité.

Au cœur des préoccupations de cette proposition se trouve une réduction des impacts du secteur du transport sur les changements climatiques. Le sénateur Schumer stipule que ce dernier est responsable du tiers des émissions de carbone des États-Unis.

Des sommes proposées, 392 milliards serviraient à subventionner les propriétaires de véhicules à essence (en état de marche) âgés d’au moins 8 ans pour inviter ces derniers à les échanger pour un produit électrique, hybride enfichable ou fonctionnant à l’aide d’une pile à combustible. Les vieux véhicules retournés seraient envoyés à la casse.

Les acheteurs obtiendraient des rabais de 3000 $ à 5000 $, ou plus, pour l’achat d’un véhicule « vert ». Ils toucheraient 2000 $ supplémentaires pour faire l’acquisition d’un véhicule qui est fabriqué en sol américain.

Cette dernière clause est de toute évidence électoraliste. Elle s’inscrit dans le cadre d’une lutte impitoyable entre les démocrates et les républicains qui tentent de gagner le cœur des travailleurs de l’automobile, notamment dans les états du Mid-Ouest qui sont toujours hautement contestés lorsque vient le temps des élections.

Le plan proposé « réduirait le nombre de véhicules qui émettent du carbone et il créerait des milliers d’emplois bien payés tout en accélérant la transition vers une empreinte nulle en matière de carbone pour l’année 2015 » explique le sénateur Schumer.

On se souviendra qu’en 2009, le programme « Cash for Clunkers » offrait aussi des incitatifs aux consommateurs, cette fois pour le simple remplacement de leurs vieilles minounes. L’objectif d’alors était de relancer la production automobile dans le cadre d’une économie fragilisée par la crise financière de 2008. Trois milliards avaient été injectés dans ce programme.

L’initiative proposée fournirait 45 milliards pour la mise en place de stations de recharge et 17 milliards seraient alloués aux manufacturiers afin qu’ils construisent des usines dédiées aux véhicules électriques ou qu’ils modernisent des installations actuelles pour favoriser la transition souhaitée.
 
L’objectif, c’est qu’en 2040, tous les véhicules sur les routes soient propres.

On ne peut que saluer l’initiative du sénateur démocrate, mais elle va assurément rencontrer de vives oppositions, sans compter qu’elle risque d’être à tout jamais tablettée si Donald Trump est réélu en 2020. On sait que ce dernier n’est pas le plus ardent défenseur de la protection de l’environnement, disons cela comme ça.

À suivre…