Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Communauto protège l'environnement

Communauto protège l'environnement

Par ,

Communauto protège l'environnement

Peu d'entreprises peuvent se vanter d'augmenter leur clientèle de 40 à 50 % par an. C'est pourtant le cas du service de partage de voitures Communauto. Créée en 1994 à Québec sous forme de coopérative (et sous le nom d'Auto-Com), l'organisation est devenue une société privée en 1997 et a ouvert des succursales à Montréal, Sherbrooke et Gatineau. À l'heure actuelle, l'entreprise, qui compte une vingtaine d'employés, met plus de 200 voitures à la disposition de ses quelque 4 500 abonnés.

«On a commencé l'année avec moins de 4 000 abonnés, on est rendus à environ 4 500 et l'été, qui est notre grosse période d'abonnement, n'est même pas fini, indique Benoît Robert, président de Communauto. Grosso modo, notre clientèle augmente de 40 à 50 % par année et notre chiffre d'affaires, qui était de 2 millions de dollars l'an dernier, sera d'environ 3 millions cette année.»

Toyota Écho

Le système est assez simple : l'abonné au service paie une cotisation de départ de 500 $ (remboursable lorsqu'il quitte le service), puis choisit un forfait à 35, 140 ou 350 $ par an, selon l'utilisation plus ou moins fréquente qu'il prévoit faire des Toyota Echo de Communauto. L'abonné réserve ensuite une voiture quand il veut, à l'heure ou à la journée.

La facturation se fait selon un prix fixé en fonction de la durée de location, chaque kilomètre de route étant facturé à un prix qui dépend du forfait choisi.

L'essence, les assurances, l'entretien, etc., sont tous payés par l'entreprise.

«Nous essayons de fournir une solution de rechange aux taxis et aux voitures de location aux automobilistes qui ne veulent pas s'encombrer d'une voiture en ville mais qui souhaitent quand même pouvoir se déplacer librement à l'extérieur», explique M. Robert, faisant valoir que Communauto permet de fournir une voiture au moment demandé dans 96 à 98 % des cas.

Bon pour l'environnement

Détenteur d'une maîtrise en aménagement du territoire et préoccupé d'environnement, Benoît Robert signale que la tarification de Communauto permet de réduire le taux de motorisation et le taux d'utilisation de l'automobile comme moyen de transport.