Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

DAEWOO-GM : PREMIÈRE SIGNATURE

Par ,

Nous comparions le rachat de Daewoo dans notre édition de décembre 2000 à un feuilleton. Effectivement, les choses s'étirent comme dans un soap opera, puisque, après environ un an de négociations, les deux parties ont réussi à signer un "memorandum of understanding" le 21 septembre dernier. L'accord final devrait être signé d'ici la fin de l'année.

Résumé des épisodes précédents
Après le retrait de Ford, en septembre 2000, effrayé par la dette plus importante que prévue, GM et Fiat déclarent alors leur intention de se porter acquéreurs. En novembre, la compagnie est mise en faillite. En décembre, la Korean Development Bank (KDB) accepte de réinjecter de l'argent. Près de 1750 travailleurs sont renvoyés en février 2001. Les contours de l'accord commencent à se dessiner en mai. GM et Fiat veulent effectuer un rachat partiel. L'avenir du site de Pupyong, le plus gros et le plus ancien de la marque, paraît bien incertain. De violentes manifestations syndicales ont lieu en juin pour protester contre l'accord.

Détails de l'accord
Pour 400 millions de dollars, GM et Fiat récupèrent 67 % de Daewoo afin de former une nouvelle société. La KDB et les autres créditeurs récupèrent les 33 % restants pour 197 millions. Pour ce qui est de la part de GM et de Fiat, elle inclue les sites de production de Kunsan et de Changwon (les plus modernes de Corée), deux usines au Vietnam et en Égypte ainsi que les réseaux de ventes coréens, européens et américains. Les actifs qui restent sur la touche sont l'usine de Pupyong ainsi que huit sites hors Corée, y compris la Pologne. Pourtant, Pupyong fournira encore des voitures à la nouvelle compagnie pour au moins six ans. De plus, GM-Fiat se réserve un droit de rachat si l'usine est suffisamment concurrentielle.