Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

D'angoisse et d'autonomie, prise deux

D'angoisse et d'autonomie, prise deux

Par ,

L’automne dernier, j’ai fait l’essai de la Nissan LEAF 2011. Par un pur hasard, j’ai dû composer avec une mini urgence après deux jours seulement, et j’ai appris de première main ce qu’est « l’anxiété de l’autonomie ».

J’ai récemment fait connaissance avec la Chevrolet Volt 2012. Si ces voitures se disputent la même infime partie du marché, elles n’ont toutefois pas grand-chose en commun. Ensemble, les VE les plus courants (LEAF, Volt et Mitsubishi i-MiEV) comptent pour environ 0,01 % des ventes de tous les modèles neufs en Amérique du Nord. Voilà pour le tour d’horizon.

Revenons à la Chevrolet Volt, maintenant. Vous le savez peut-être, elle dispose d’un moteur à essence qui prolonge l’autonomie. En gros, il recharge les batteries afin de permettre au conducteur de poursuivre son chemin une fois que lesdites batteries sont à plat.

Chevrolet Volt 2012 vue 3/4 arrière
Chevrolet Volt 2012 (Photo: Sébastien D'Amour/Auto123.com)

Et cet ingénieux système fonctionne très bien. Je n’ai jamais eu peur de tomber en panne quelque part, à l’inverse des LEAF et i-MiEV. La Volt a une autonomie de 40 à 80 km en mode électrique seulement; elle varie beaucoup en fonction de la météo, de notre utilisation des systèmes électriques et, évidemment, de notre pied droit. Naturellement, il en va de même pour la LEAF, l’i-MiEV et tout autre véhicule enfichable.

Mais contrairement à ces deux là, il ne faut pas brancher la Volt chaque fois qu’on s’arrête! Vu la rareté des stations de recharge, dans un avenir prévisible, cette voiture représente la meilleure alternative électrique. On pourrait donc penser que la Volt est plus populaire que la LEAF, mais non.

Au sujet de la Nissan LEAF, j’ai appris après le fait que son autonomie estimée est le résultat d’un calcul se basant sur les habitudes de conduite actuelles, récentes et enregistrées sur plusieurs semaines. C’est pourquoi elle peut afficher une autonomie de 120 km un matin et 145 km quelques jours plus tard. On peut qualifier ces algorithmes de dispositifs de « sécurité » intégrés.

En d’autres mots, la plupart du temps, le VE pourra nous mener plus loin que ce que laisse croire le chiffre indiqué. Pour beaucoup d’entre nous, la leçon ne passera pas facilement. Notre société est tellement obsédée par les chiffres et les statistiques que quand on en voit un, on le « prend pour du cash » : un fait incontestable, incontournable. Voilà comment on pourrait définir l’anxiété de l’autonomie.

Ce trouble, donc, n’est peut-être pas aussi grave que je le crois. Le plus intéressant dans tout ça? Nissan a indiqué sans équivoque qu’elle ne prolongera pas l’autonomie de la LEAF dans un avenir rapproché, alors que Chevrolet se félicite d’avoir trouvé la réponse à l’anxiété de l’autonomie.

Pourquoi les consommateurs choisissent-ils donc la LEAF deux fois plus souvent que la Volt? Le super-hybride serait-il trop avant-gardiste? Il faut croire. Les gens connaissent bien les hybrides et les véhicules électriques, mais il semblerait que le concept des VE à grande autonomie est encore trop abstrait.

Au bout du compte, je pense qu’il y a de la place pour tout le monde, mais que la technologie de la Volt s’avère la plus prometteuse à moyen terme. Elle perdra tout son sens seulement quand les batteries offriront une autonomie de 500 km et plus et pourront se recharger en moins de 10 minutes. Ou quand des stations d’échange de batteries nous permettront de remplacer une batterie à plat par une fraîche en quelques instants.

Chevrolet Volt 2012 vue 3/4 avant
Chevrolet Volt 2012 (Photo: Sébastien D'Amour/Auto123.com)