Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Distractions au volant : L'éducation et l'argent en cause?

Distractions au volant : L'éducation et l'argent en cause?

Par ,

Un sondage mené par GfK Roper pour le compte du site internet insurancequotes.com auprès de 858 conducteurs américains, portant sur les distractions au volant, a révélé que les conducteurs les mieux nantis et possédant le plus d'éducation sont les plus enclins à la distraction au volant, quoique la majorité des automobilistes, soit 40% avouent se laisser distraire.

Les résultats révèlent que presque la moitié (49%) des automobilistes qui ont un diplôme universitaire et 43% des gens qui gagnent plus de 75 000$ par année confessent s'être retrouvés dans une autre voie, avoir dû freiner brusquement, avoir reçu un constat d'infraction ou avoir été impliqués dans un accident parce qu'ils étaient inattentifs.

Photo: Thinkstock

Del Lisk, vice-président de DriveCam Inc, une entreprise qui se spécialise dans la gestion du risque chez les conducteurs, affirme que ces conducteurs « peuvent ou non percevoir des activités telles qu'envoyer des messages texte au volant comme dangereuses, mais considèrent que c'est un problème chez les autres. Comme ce sont des gens confiants et qui ont réussi, ils pensent s'en sortir mieux que les autres et que c'est relativement sécuritaire».

Cependant, les conclusions de l'enquête viennent sauver la réputation des hauts salariés et des diplômés universitaires, prouvant que les distractions au volant deviennent omniprésentes sur les routes et donnent encore plus de sens à l'adage disant « qu'il faut conduire pour les autres ».

93% des conducteurs admettent pratiquer des activités telles qu'envoyer des textos, parler au téléphone et même embrasser quelqu'un en conduisant. De ce groupe, les jeunes de 18 à 24 ans sont couronnés rois du texto au volant dans une proportion de 70%. Finalement, les automobilistes qui gagnent moins de 20 000$ par année sont par ailleurs ceux qui fument le plus en conduisant, 57% d'entre eux avouant leur péché contre une moyenne de 41% pour les hauts salariés.

Source: Insurancequotes.com