Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Scandale Diesel : enquête sur Hyundai et Kia en Allemagne

Le scandale des moteurs Diesel de Volkswagen a éclaté au grand jour en septembre 2015. La compagnie en a payé un fort prix. Rappelons que les véhicules qu’elle proposait profitaient d’un dispositif qui faisait en sorte que lors des tests de réglementation, tout était conforme. Cependant, à l’utilisation, ces derniers polluaient beaucoup plus que ce que les normes permettaient.

On a vu la suite des choses. Procès, amendes, changement de cap de l’entreprise, bref, on ne trouve plus de moteurs Diesel chez Volkswagen chez nous alors qu’ailleurs dans le monde, c’est disparate.

Et, comme par hasard, les moteurs Diesel ont disparu du catalogue de plusieurs constructeurs depuis. On n’accuse personne, mais certaines rumeurs ont couru affirmant que d’autres firmes ne montraient pas patte blanche.

Enfin.

On est tellement passé à autre chose, surtout avec l’électrification qui est sur toutes les lèvres, qu’on a tendance à oublier la chose Diesel. Or, ailleurs dans le monde, ce type de motorisation est toujours proposé à certaines adresses. Et voilà que le site Reuters nous apprend aujourd’hui qu’une enquête vient de s’ouvrir en Allemagne et qu’elle touche une possible tricherie du groupe Hyundai/Kia.

Consultez les véhicules à vendre disponibles près de chez vous

Concrètement, les autorités allemandes ont effectué des perquisitions chez Hyundai et Kia. Les firmes sont soupçonnées d’avoir mis en circulation plus de 210 000 véhicules à moteur Diesel équipés de dispositifs d’invalidation présumés illégaux, a indiqué mardi le ministère public de Francfort.

Le logiciel du moteur proviendrait des équipementiers Bosch et Delphi, qui appartient aujourd’hui au groupe Borgwarner, selon ce qu’indique le communiqué relatif à cette histoire. On ne sait pas pour l’instant ce que ce dernier permettrait ni la nature précise des raisons qui ont poussé les autorités à bouger.

Ces dernières ont perquisitionné les locaux commerciaux de huit propriétés en Allemagne et au Luxembourg dans le cadre d’une opération coordonnée par l’agence de l’Union européenne Eurojust.

Un porte-parole de Hyundai a confirmé les perquisitions et a déclaré que l’entreprise collaborait avec les autorités.  

Nous surveillerons bien sûr le dossier de près. Et avant de sauter aux conclusions, rappelons qu’on parle bien d’une enquête pour le moment.