Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

éTV : une fenêtre sur l'avenir (vidéo)

éTV : une fenêtre sur l'avenir (vidéo)

Par ,

Blainville, Québec — C’est connu, les émissions de gaz à effet de serre (GES) produites par les véhicules sont devenues l’ennemi numéro un du ministre de l’Environnement, Jim Prentice. Le 1er avril dernier, il annonçait justement l’adoption de nouveaux règlements devant « transformer notre secteur de l’automobile et à le rendre plus vert ».

Auto123.com a rencontré Mme Procter et l’équipe du programme éTV dans le cadre d’une session d’information exclusive.

Bien avant cette annonce, en mars 2007, Transports Canada avait déjà mis sur pied le programme « écoTechnologie pour Véhicules » (éTV pour les intimes). Un programme qui concerne exclusivement les véhicules pour passagers, dont la mission consiste à permettre aux Canadiens de découvrir de nouvelles technologies capables de réduire les émissions responsables des GES.

« Pour que des changements s’opèrent, il faut souvent abattre les barrières que dressent les consommateurs » nous a expliqué Patricia Procter, la directrice de la division Programmes pour les véhicules de Transports Canada. « Pour qu’ils acceptent de changer leurs habitudes de consommation et d’utiliser de nouvelles technologies, on doit d’abord leur permettre de les découvrir et de les comprendre. »

Auto123.com a rencontré Mme Procter et l’équipe du programme éTV dans le cadre d’une session d’information exclusive au centre d’essais et de recherche automobile PMG de Blainville, au Nord de Montréal.

On nous a expliqué que ce programme avait été créé pour favoriser la compréhension et l’assimilation de moyens de transport modernes, qui utilisent des technologies de pointe contribuant à réduire les GES et les autres émissions polluantes. Des technologies qui, dans plusieurs cas, contribuent aussi à réduire la consommation de carburant.

L’automobile pas seule coupable…
Pour comprendre la mission d’éTV et l’apprécier à sa juste valeur, une remise en contexte s’avère utile. Selon les spécialistes d’Environnement Canada, après les sources stationnaires (énergie électrique, acier et métaux, chauffage résidentiel au bois, etc.), le réseau de transport est responsable d’un peu plus de 27% des GES.

C’est environ la moitié moins que n’en produisent les sources stationnaires. De plus, sous l’étiquette de réseau de transport, les spécialistes regroupent les véhicules routiers de tourisme et commerciaux, les moteurs hors route, de même que le transport sur rail, aérien et maritime.

Selon les spécialistes d’Environnement Canada, après les sources stationnaires, le réseau de transport est responsable d’un peu plus de 27% des GES.