Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: Ari Vatanen s'inquiète pour l'image de la FIA avec le GP de Russie

F1: Ari Vatanen s'inquiète pour l'image de la FIA avec le GP de Russie

Par ,

D'après GMM

La FIA est inquiète sur la tenue du premier grand prix de Russie le mois prochain.

Ancien candidat à la présidence face à Jean Todt, et maintenant proche allié du Français, c'est Ari Vatanen qui prend la parole au nom de la FIA.

Le Financial Times rapportait cette semaine que l'Union européenne envisage des sanctions envers la Russie, incluant le boycott des compétitions sportives importantes, comme le premier grand prix de Formule 1 de l'histoire à Sochi.

Correspondant pour le Telegraph, Daniel Johnson croit que les commentaires d'Ari Vatanen ont pour but de « tâter le terrain » pour Jean Todt.

« Bien évidemment, Jean connait mes commentaires, nous en avons parlé. Nous sommes amis. Je pense qu'il partage mon point de vue, en partie. Il est vrai qu'il a les mains liées. Je peux dire les choses beaucoup plus ouvertement et librement que lui », de déclarer Ari Vatanen.

F1 Sochi Autodrom
Photo: Sochi Autodrom

Bernie Ecclestone, qui a personnellement signé l'accord avec Vladimir Poutine, se réfère constamment à son contrat avec les organisateurs et le fait que le sport et la politique ne doivent pas être mélangés.

Le champion du monde de rallye commente : « Il est souvent dit que la Formule 1 ne doit pas se mêler à la politique, mais le régime russe mélange déjà le sport et la politique, nous devons donc répondre. C'est à Bernie et aux organisateurs d'annuler la course ».

Placé sous une pression énorme de la part de l'Occident, le président russe a déjà brandi la menace d'une guerre nucléaire ces derniers jours.

« C'est une situation sans précédent depuis la Seconde Guerre mondiale, et nous devons nous demander ce que l'histoire retiendra de nous et de ce que nous avons fait ou pas », de lancer Ari Vatanen, qui a été député européen durant 10 ans.

« Est-ce que nous soutenons un régime qui organise un carnage ? Ou bien, disons-nous que ce n'est pas correct ? Cela enverrait un message d'acceptation si nous sommes allés en Russie. Ce serait dire que nous fermons les yeux, peut-être pas explicitement, mais par nos actions, nous tolérons ce qui se passe et ce sera utilisé dans leur propagande », d'ajouter Ari Vatanen, qui milite pour l'entrée de l'Ukraine, de la Turquie et de la Moldavie dans l'Union européenne.