Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1 Belgique: Revue des équipes, samedi

F1 Belgique: Revue des équipes, samedi

Par ,

D'après GMM

Revue des équipes qui participent au Grand Prix de Belgique sur le redoutable circuit de Spa-Francorchamps.

MCLAREN-MERCEDES
Après une journée très moyenne vendredi, McLaren a complètement dominé Ferrari samedi à Spa-Francorchamps, Lewis Hamilton devançant son coéquipier Heikki Kovalainen lors des deux premières rondes qualificatives avant de décrocher la pôle. « Après Valencia, on savait que nous devions nous améliorer », a déclaré le meneur au Championnat des pilotes. Derrière la Ferrari de Massa on retrouve l'autre McLaren, celle de Kovalainen, qui se place troisième sur la grille. « Je n'ai pas fait ce qu'il fallait pour être en première ligne », a affirmé le Finlandais, qui semblait passablement déçu malgré une charge en carburant plus importante que son coéquipier.

FERRARI
Les Ferrari avaient l'air très rapides hier, mais Massa n'a pu faire mieux que le second temps aujourd'hui, cherchant désespérément à rejoindre le rythme que son rival Hamilton, sans succès. « J'ai fait un bon tour, mais ça n'a pas été suffisant », a déclaré le Brésilien après la séance. Kimi Raikkonen avait l'air un peu plus compétitif sur cette piste qu'il qualifie sans gêne comme sa favorite, mais ça n'aura pas été suffisant et le champion en titre est le plus lent des quatre voitures de pointes que sont les McLaren et Ferrari. « La quatrième place est bien loin d'être idéale si l'on espère gagner, mais ça ne veut pas dire que j'ai perdu espoir », a-t-il déclaré.

BMW-SAUBER
Si Nick Heidfeld se bat actuellement pour conserver un volant qui lui est pourtant contractuellement dû chez BMW-Sauber, il a certainement gagné des points en qualifications aujourd'hui en étant le plus rapide de la séance matinale et se qualifiant tout juste derrière les Ferrari et McLaren sur la grille. Robert Kubica est huitième sur la grille, Mario Theissen insistant pour dire que « tout va bien » pour le Polonais ce week-end.

RENAULT
Troisième ce matin, Fernando Alonso réalise le sixième temps. Il se déclare pour le moment « satisfait » de son week-end. Nelson Piquet se place 12e, environ une demi-seconde trop lent pour passer le cap de la Q2.

RED BULL-RENAULT
David Coulthard n'était que deux dixièmes de seconde plus lent que son coéquipier Mark Webber en Q2, mais la marge était suffisante pour que ce dernier participe à la Q3 et non Coulthard. Webber se place septième alors que l'Écossais doit se contenter du 14e rang. « C'est si serré dans le milieu de peloton », a dit ce dernier.

TORO ROSSO-FERRARI
Du duo Toro Rosso, Sebastian Vettel est normalement celui qui fait le mieux, mais après avoir terminé la Q1 au premier rang, Sebastian Bourdais avait du mal à contenir sa joie, s'écriant dans les radios de l'équipe : « Ça fait du bien de revoir mon nom au haut de la liste, ça faisait si longtemps que ça ne m'était plus arrivé! ». Le Français a aussi été plus rapide que son coéquipier en seconde et troisième ronde : « Je commence à voir le bout; je suis en confiance. Je me sens vraiment bien sur cette piste et je sais que je peux y être rapide », a-t-il déclaré. Vettel, en expliquant la raison de son retard en qualification, a servi au passage un beau compliment à son coéquipier, déclarant : « J'ai eu un peu de mal dans les zones où le pilote ne peux pas vraiment changer quoi que se soit. Je n'ai jamais réussi à trouver le rythme de Sébastien [Bourdais]. »

TOYOTA
Jarno Trulli (P11) et Timo Glock (P13) avaient un rythme très similaire en qualifications, mais la TF108 n'était simplement pas assez rapide pour permettre aux pilotes d'atteindre le top-dix. « On savait qu'on aurait de la difficulté à réchauffer les pneumatiques à ces faibles températures », a résumé Trulli. L'Italien a aussi attribué cette position hors du top-dix au fait que son moteur en est maintenant à sa deuxième course, après celle de Valencia, un gros handicap à Spa où la moindre perte de performance vous fait perdre quatre dixième au tour en piste. Le directeur technique de l'équipe Pascal Vasselon était par ailleurs surpris : « Il y a forcément quelque chose que nous avons mal fait dans notre préparation. »