Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: Des écuries doutent d'une unanimité sur le système 'Fric'

F1: Des écuries doutent d'une unanimité sur le système 'Fric'

Par ,

D’après GMM

À quelques jours de l’inspection technique des voitures de Formule 1 à Hockenheim, il règne un climat d’incertitude quant à la controverse qui frappe la F1.

Charlie Whiting de la FIA a prévenu les écuries que si elles n’étaient pas unanimes à propos de l’interdiction du dispositif de suspension appelé « Fric », les risques de protêts à Hockenheim et par la suite étaient bien réels.

Le système « Fric » relie hydrauliquement les suspensions des voitures et agit comme une suspension active à la limite de la légalité.

Presque toutes les équipes l’utilisent, mais la FIA a récemment décidé de l’interdire, sans donner des raisons claires, ce qui a fait naître bien des explications.

Toutefois, Whiting a prévenu les équipes : soit elles s’entendent, soit il y aura des dizaines de protêts logés après la course en Allemagne.

Au cours des derniers jours, des pourparlers intenses ont eu lieu entre toutes les écuries afin d’en arriver à un consensus.

Le site russe f1news.ru rapporte que 7 des 11 écuries de F1 ont apparemment décidé de permettre le « Fric » jusqu’à la fin de la saison 2014 avant de l’interdire pour 2015.

Ces écuries seraient Ferrari, Red Bull Racing, Mercedes, McLaren, Marussia, Lotus et Williams.

Les autres dissidentes seraient Toro Rosso, Caterham, Sauber et Sahara Force India.

On murmure que de ces équipes, les voitures de Force India ne seraient même pas dotées du système « Fric ».

Questionné par Sky Sports F1 si Force India allait loger un protêt à Hockenheim, le chef de opérations, Otmar Szafnauer, a répondu : « Cela dépendra si nous l’utiliserons ou pas ».

« Nous ferons ce que la majorité des équipes décidera. Mais il ne s’agit pas de majorité, mais d’unanimité ».

« Je crois qu’il est utopique de croire qu’il y aura unanimité. Il y aura des gens qui diront que si la FIA a décidé que le système doit être banni, alors ils ne l’utiliseront pas ».

Un porte-parole de McLaren a déclaré : « Nous ferons ce que la FIA nous dit de faire ».