Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: « Je suis l'homme à tout faire pour la voiture de Kimi » - Jamie Skinner

F1: « Je suis l'homme à tout faire pour la voiture de Kimi » - Jamie Skinner

Par ,

Après des études collégiales, Jamie Skinner a su se frayer un chemin à travers les différentes séries de promotion jusqu’en Formule 1. Le connaissez-vous?

« Officiellement, je suis le mécanicien à tout faire sur la voiture de Kimi », explique Skinner qui, à 27 ans, en est à sa deuxième saison avec Lotus F1 Team.

« C’est-à-dire que je ne suis pas assigné à une tâche particulière. En plus de quoi je suis aussi celui qui opère le pistolet pneumatique pour changer la roue avant droite durant les arrêts aux puits. »

Les mécaniciens Lotus à l'œuvre (Photo: Lotus F1 Team/Facebook)
« Alors les gars?! Vous allez quand même pas mettre 3 secondes pour changer quatre roues! » (Photo: Lotus F1 Team/Facebook)

Tout le monde connaît par cœur le refrain sur l’importance de chaque membre d’une écurie de Formule Un. Ils doivent tous faire leur travail avec la précision et l’efficacité d’une horloge suisse, sinon c’est la catastrophe générale.

Dans le cas de Skinner, une erreur forcerait Kimi Räikkönen ou Romain Grosjean à terminer la course sur trois roues.

Pas très pratique.

C’est pourquoi, pour les mécaniciens, les heures sont longues et les entraînements répétitifs nombreux. Pour ce qui est d’opérer le pistolet pneumatique, Skinner connaît si bien son rôle qu’il a abaissé ses chronos sous la barre des deux secondes – on ne l’a encore jamais vu changer une roue aussi vite en course.

Les mécaniciens Lotus à l'œuvre (Photo: Lotus F1 Team/Facebook)
En fait, l'équipe de course visite très rarement l'usine – elle est toujours sur la route (Photo: F1 Lotus Team/Facebook)

« On s’entraîne en simulant des arrêts aux puits pendant environ 15 à 20 minutes chaque matin, soit 20-30 arrêts aux puits. Malheureusement, les temps sont beaucoup plus rapides en simulation que dans la réalité.

« Alors qu’il nous faut grosso modo 2,3 secondes pour changer quatre pneus en course, mon meilleur temps en pratique est de 1,7 seconde. »

Mais est-ce que tous les sacrifices nécessaires pour arriver à ce résultat en valent la peine?

« Des fois le temps devient long. Une fin de semaine de grand prix, notre travail commence jeudi matin. À partir de ce moment, chaque jour, nous passons 20 heures dans les garages. C’est l’inconvénient je suppose. Mais ça en vaut la peine!
Les mécaniciens Lotus à l'œuvre (Photo: Lotus F1 Team/Facebook)
« N'oublie pas de serrer l'écrou! » (Photo: Lotus F1 Team/Facebook)

« Je ne vous dis pas la satisfaction quand on voit la voiture quitter le garage pour prendre la piste. »