Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: La bataille Lotus vs Lotus peut-elle discréditer la Formule 1?

F1: La bataille Lotus vs Lotus peut-elle discréditer la Formule 1?

Par ,

Adapté de GMM

La lutte légale qui oppose deux écuries de Formule 1 qui désirent courir sous le nom de Lotus risque-t-elle de discréditer la Formule 1?

C’est ce que craint David Hunt, frère du Champion du monde de 1976 James Hunt, qui a détenu les droits d’appellation « Team Lotus » durant plusieurs années avant de les vendre à Tony Fernandes plus tôt cet automne.

Tony Fernandes et David Hunt. (Photo: Lotus Racing)

Mais depuis, le Groupe Lotus, qui appartient à Proton et dirigé par Dany Bahar, a décidé de monter en F1 en rachetant une partie des actifs de l’écurie Renault et en devenant le commanditaire principal.

On risque donc d’avoir en 2011 deux écuries distinctes, mais toutes deux portant le nom de « Lotus », utilisant le moteur Renault et décorées à peu près à l’identique aux couleurs noires et or.

« Est-ce que tous les commanditaires de l’écurie Renault ont été prévenus dans quelle histoire ils s’embarquaient ? Et ce qui pouvait arriver à leur image suite à cette déclaration de guerre de Proton ? » demande Hunt dans une interview donnée au Norwich Evening News.

« Rappelons-nous que Renault est sous le coup d’une condamnation avec sursis pour avoir discrédité la F1 suite au « Crashgate » de Singapour en 2008. Font-ils encore une fois la même chose en créant autant de confusion autour du nom ‘Lotus’? »

« Je crois que tout cela est ridicule, peu importe comment on y réfléchit. On tente de créer une confusion dans le grand public, » de conclure Hunt.

Gérard Lopez, copropriétaire de l’écurie Lotus-Renault, nie que le Groupe Lotus soit la cause de cette confusion. Il insiste même à dire que Bernie Ecclestone est tout à fait d’accord avec cette nouvelle alliance.

« Selon ce que je sais, Bernie a été impliqué dans les négociations et il est évident que cette prise de contrôle a été effectuée avec sa bénédiction, » de dire Lopez au Telegraph de Londres.

Le patron de l’écurie Renault, Éric Boullier, est satisfait de l’entente.

« C’est une excellente nouvelle, car il est très rare de trouver un commanditaire en F1 qui accepte de signer un contrat d’une durée de sept ans, » de dire Boullier à l'agence de presse AFP.

L'arbre généalogique des écuries jumelles Lotus est assez complexe!