Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: La catégorie souffre d'un déclin de son audience TV

F1: La catégorie souffre d'un déclin de son audience TV

Par ,

D'après GMM

Le taux d'écoute de la F1 sur les principaux marchés est étonnamment bas en 2014.

Écrivant pour le journal Marca, Miguel Sanz annonce des chiffres très inquiétants en Amérique latine, où la baisse est de 50 %.

« En Italie, en fonction des succès de Ferrari, la baisse est de 20 % sur les cinq premières courses de 2014 », d'ajouter le correspondant.

En regardant de plus près, la situation italienne est plus préoccupante. Sur le seul grand prix du Canada, les pertes des diffuseurs Rai et Sky sont de 3,5 millions de téléspectateurs par rapport à l'an dernier.

« L'Espagne garde un oeil sur Fernando Alonso, et la baisse n'est que de 15 % », commente Miguel Sanz.

La baisse des audiences a démarré avec la domination de Sebastian Vettel, l'audience mondiale est passée de 515 millions en 2011 à 500 millions en 2012.

La FOM avait révélé une nouvelle baisse de 50 millions de téléspectateurs l'an dernier, alors que le pilote Red Bull enchaînait neuf victoires d'affilée.

F1 Grand Prix of Canada 2014 parc ferme
Arrivée du grand prix du Canada 2014. (Photo: WRi2)

Miguel Sanz ajoute que les principaux marchés que sont la Chine et la France n'ont pas aidé la situation. La chaîne publique CCTV a mis fin à la couverture en Chine et la F1 est maintenant diffusée sur une chaîne payante en France.

L'audience était en baisse de 10 % en 2013 en Allemagne, et a encore perdu 3 % cette année, malgré la domination de Mercedes et le meneur du classement Nico Rosberg.

L'ancien dirigeant d'écurie Flavio Briatore blâme la règlementation pour cette perte d'intérêt.

« Ce que nous avons actuellement n'est pas de la Formule 1. La Formule 1, c'est autre chose », lance l'Italien sur les ondes de Radio24.

« Le public apprécie beaucoup moins, car les voitures ne font plus de bruit. Les pilotes doivent économiser du carburant et pratiquent de 'faux' dépassements avec l'aileron ouvert. Les pilotes sont devenus des comptables au volant, ils ne sont plus des gladiateurs », de commenter Flavio Briatore.

Bernie Ecclestone s'est montré très critique envers la nouvelle Formule 1 et notamment des nouveaux moteurs. Mais il n'est pas trop inquiet avec les chiffres de la télévision.

« J'ai parlé avec des gens de la chaîne RTL en Allemagne. Ils disent être surpris que les cotes d'écoute soient en baisse, malgré tout ce qu'ils font », déclarait le grand chef de la F1 le mois dernier dans Forbes.

« Et pourquoi ?  Parce que les gens ont moins de temps. Ils utilisent Facebook, Twitter… il y a tellement de choses que les gens peuvent regarder. On voit que les chiffres d'audience diminuent mais au final ils reviendront à la télévision », d'ajouter Bernie Ecclestone dans le journal d'affaires de Christian Sylt.