Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: La crise financière menace le luxueux Paddock Club

F1: La crise financière menace le luxueux Paddock Club

Par ,

D'après GMM

Un article publié par le très sérieux quotidien économique Financial Times affirme que, quoi qu'affirme Bernie Ecclestone, la santé financière de la Formule 1 n'est pas au mieux.

Le journal britannique indique que les propriétaires actuels de la F1 font face à une grosse dette et à une baisse importante des revenus.

On peut lire que le réceptif corporatif, incluant le fameux et hyper luxueux Paddock Club, avec ses billets à 3000$ par personne et par jour, est désormais menacé.

Par exemple, BMW a décidé d'annuler son réceptif corporatif de 500 000 euros prévu pour le prochain Grand Prix d'Australie.

De plus, la RBS, Royal Bank of Scotland, a aussi décidé de couper dramatiquement dans son réceptif et son affichage sur les circuits de Grand Prix.

« Toutes ces coupures menacent la rentabilité du modèle d'affaires du Paddock Club, puisque ses coûts d'opérations sont exorbitants, » peut-on lire dans le Financial Times.

Un initié de la Formule 1 affirme que : « Même si le Paddock Club n'est pas l'une des principales sources de revenus de la F1, c'est celle qui est la plus menacée ».

En janvier, le président de la FIA, Max Mosley, avait déclaré : « Je ne peux pas croire que les prévisions budgétaires de la FOM (Formula One Management) peuvent être réalistes dans la morosité économique actuelle ».

Bernie Ecclestone ne discute pas ouvertement de ces affaires, mais il est évident qu'il a déplacé le centre d'intérêt de la F1 de l'Europe vers des marchés émergents.

« L'Asie représente un marché très important, » a-t-il affirmé au journal malaisien Star.

« Je travaille sur ce projet depuis 20 ans. Il faut introduire la F1 à de nouveaux marchés. »

Et dans une interview donnée au journal Guardian, Ecclestone a déclaré : « Il y a de cela plusieurs années, j'ai prédit que la bourse européenne allait s'effondrer, et que son économie deviendrait celle d'un pays du tiers monde. Et c'est ce qui va arriver. »
photo:WRI2