Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: La CSST blâme les organisateurs du Grand Prix du Canada

F1: La CSST blâme les organisateurs du Grand Prix du Canada

Par ,

La Commission de santé et de sécurité du travail du Québec blâme sévèrement les organisateurs du Grand Prix de Formule 1 du Canada pour la mort de Mark Robinson, travailleur bénévole, survenue en juin dernier au circuit Gilles-Villeneuve.

On se souviendra que M. Robinson a été mortellement happé par un chariot élévateur qui ramenait une monoplace de F1 en panne aux garages après la course.

La CSST juge que la méthode de transport était dangereuse et que la santé et la sécurité sur les lieux de travail étaient déficients.

Dans son rapport, la CSST exige « que l’employeur s’assure que l’équipement de préhension utilisé soit conforme aux exigences du constructeur du chariot élévateur, qu’il soit utilisé dans les conditions prescrites par ce dernier, qu’il soit maintenu en bon état et que les crochets soient munis de linguets de sécurité ».

De plus, « l’employeur doit mettre en place une méthode de travail sécuritaire pour le transport des voitures de course, la méthode actuelle ayant fait l’objet d’une interdiction. Les travailleurs de piste devront également être formés sur le transport des voitures de course ».

F1 Paul di Resta Italy Monza
Sur cette photo prise au Grand Prix d’Italie à Monza cette année, on peut constater que la méthode de déplacer les voitures, décriée par la CSST, est employée ailleurs dans le monde. (Photo : WRI2)

La CSST considère que les entreprises Groupe de course Octane inc. et Automobile Club de l’île Notre-Dame ont agi de façon à compromettre la sécurité des travailleurs. En conséquence, des constats d’infraction leur ont été délivrés.

Pour ce type d’infraction, le montant de l’amende varie de 15 698 $ à 62 790 $ pour une première offense, et de 31 396 $ à 154 976 $ en cas de récidive.

François Dumontier, le patron d’Octane, était à la conférence de presse de la CSST et a déclaré aux journalistes : « Les méthodes de travail employées au Grand Prix du Canada sont les mêmes que lors des autres 18 Grands Prix de Formule 1. Je prends acte des conclusions et des demandes, mais que le rapport et les demandes de la CSST devront être soumis à la FIA. »