Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: La fuite des éléments officiels sur l'affaire Renault-Piquet est jugée "grave"

F1: La fuite des éléments officiels sur l'affaire Renault-Piquet est jugée "grave"

Par ,

D'après GMM

La FIA juge "grave" la fuite dans les medias depuis jeudi de tous les éléments officiels concernant l'affaire Renault-Piquet à Singapour.

Ce jeudi, en plus de la déclaration officielle de Nelson Piquet à la FIA, beaucoup d'autres éléments du dossier ont été diffusés par les medias.

Que ce soit les relevés télémétriques - démontrant la forte accélération du pilote durant le tête à queue - ou bien la déclaration d'un commissaire jugeant les accusations du pilote brésilien "vraies en grande partie", tous ces éléments des membres du Conseil Mondial du Sport Automobile concernant l'affaire Renault-Piquet restaient confidentiels.

Pour la Fédération, ces fuites seraient une tentative pour faire dérailler l'audience du 21 septembre, durant laquelle Renault pourrait être exclue de la Formule Un.

Un porte-parole de la fédération déclare dans le Mirror : "La FIA va enquêter sur cette fuite très sérieusement. C'est une affaire grave. Les membres du Conseil Mondial doivent prendre en considération tous les éléments, en discuter et ensuite prendre une décision objective, pas en fonction de fuites ou de rumeurs."

La FIA dément être la source de la fuite, mais il est clair que le dossier a été remis aux membres cette semaine.

Concernant la déclaration signée de Nelson Piquet, un porte-parole du camp brésilien indique au Guardian : "Nous n'avons aucune information à ce sujet. Nous n'avons rien communiqué et ne savons pas ce que c'est. J'ai vu le document en question sur internet, mais je n'en sais pas plus que vous."

Une absence remarquée à Monza, celle de Flavio Briatore, qui se trouve à Paris dans les locaux de Renault avec le président Carlos Ghosn.

Malgré l'aveu de Pat Symonds sur l'existence de cette discussion, le patron italien de l'écurie française déclare au Sun : "Jamais nous n'avons parlé d'une telle chose."