Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: La politique au coeur des discussions samedi en Turquie

F1: La politique au coeur des discussions samedi en Turquie

Par ,

D'après GMM

Martin Whitmarsh dément que les cadres des « quatre grosses » équipes de F1 vont rencontrer News Corp la semaine prochaine.

La politique a pris le pas sur le sport ce samedi avant les qualifications du grand prix de Turquie.

La réunion secrète de Ferrari, McLaren, Mercedes et Red Bull la semaine prochaine à Stuttgart a été dévoilée jeudi, et vendredi le président de la FOTA, Martin Whitmarsh, a admis que les équipes « désiraient » acquérir les droits commerciaux de la F1.

De quoi alimenter toutes les discussions en marge de la course, certains clamant que cette réunion concernant une acquisition de la F1 est contraire aux Accords Concorde actuels.

Martin Whitmarsh indique que les cadres des équipes ne seraient pas présents lors de cette réunion, mais n'écarte pas que les actionnaires y participent.

Le Britannique insiste : « Lorsque nos actionnaires parlent, nous sommes tous concernés, ils font leurs affaires et peuvent avoir besoin de discuter. Mais ce n'est pas à moi de confirmer ce qu'ils vont faire et où ils s'en vont », révélant également que la réunion régulière de la FOTA se déroulera dimanche.

Martin Whitmarsh s'est démarqué de Ron Dennis, qui jugeait que le lien de la compagnie Exor avec Ferrari serait « un conflit d'intérêt » si cette compagnie participe au rachat de la F1.

Martin Whitmarsh, actionnaire de McLaren, affirme : « Pour ce qui est des équipes, je pense que c'est à chaque équipe de voir à quel niveau elle veut s'impliquer pour l'avenir dans un modèle de propriété (des droits commerciaux) ».

Tout cette situation semble finalement bien floue, et plusieurs initiés voient cette polémique comme un écran de fumée délibéré.

Le directeur principal de Marussia Virgin, John Booth, déclare dans le Guardian : « Bien souvent les spéculations sont lancées pour alimenter la politique, et ainsi on ne cherche pas à savoir ce qu'ont véritablement en tête les personnes impliquées ».