Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: L'aileron arrière fin des Red Bull RB9 à Melbourne

F1: L'aileron arrière fin des Red Bull RB9 à Melbourne

Par ,

Les Red Bull RB9 à moteurs Renault de Sebastian Vettel et de Mark Webber ont roulé avec des ailerons arrière d’une grande finesse lors du Grand Prix d’Australie à Melbourne dimanche dernier.

Comme on peut facilement le noter sur ces photos, le plan principal et le volet de l’aileron arrière de la RB9 sont beaucoup plus fins que ceux des McLaren et des Ferrari.

Ceci est quand même étonnant, car le tracé urbain temporaire de Melbourne exige un appui aérodynamique conséquent.

Munir sa voiture d’un gros aileron arrière, comme chez McLaren, exige beaucoup de puissance à haut régime du moteur Mercedes V8, car un gros aileron génère de l’appui, certes, mais aussi beaucoup de traînée qui freine le bolide en ligne droite.

Nous en concluons que McLaren n’a eu d’autre choix que de faire rouler ses MP4-28 dans cette configuration, car l’équipe n’est pas parvenue à faire monter ses pneus Pirelli à la bonne température de fonctionnement.

F1 Red Bull-Renault RB9
Red Bull-Renault RB9. (Photo: WRi2)

F1 McLaren MP4-28-Mercedes
McLaren MP4-28-Mercedes. (Photo: WRi2)

Cette différence de taille d’ailerons explique aussi l’écart entre les vitesses maximales atteintes à quatre points du circuit.

Lors des qualifications, les Red Bull étaient, en moyenne, plus rapides de 5 à 7 km/h que les McLaren. Les Ferrari de Fernando Alonso et de Felipe Massa figuraient parmi les plus rapides de toutes.

En course, ce fut à peu près la même chose. La McLaren de Jenson Button a figuré parmi les voitures les plus lentes, battue même parfois par les Marussia !

Au point de détection principal, la McLaren de Button était plus lente de 6 km/h que la Red Bull de Vettel. La plus rapide en course fut la Toro Rosso à moteur Ferrari de Jean-Éric Vergne avec une vitesse maximale de 310,7 km/h, suivie par la Ferrari d’Alonso.

Nous en concluons donc que comme ses prédécesseures, la Red Bull RB9 possède un plancher et un diffuseur générant beaucoup d’appui aérodynamique. Ainsi, la voiture d’Adrian Newey peut rouler avec des ailerons fins qui l’aident à atteindre une meilleure vitesse maximale.