Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: Les débuts impressionnants de Jules Bianchi en Australie

F1: Les débuts impressionnants de Jules Bianchi en Australie

Par ,

Ça faisait un moment, non ? Sérieusement, quand avez-vous été impressionné la dernière fois par la première course en F1 d'un débutant, comme vous avez pu l'être avec Jules Bianchi à Melbourne ? Fernando Alonso chez Minardi en 2001, peut-être ? Ou Sebastian Vettel avec la Toro Rosso en 2008 ?

En tous cas, cela faisait longtemps qu'une recrue avait fait une telle impression lors de sa première course.

Sans aucun doute, le jeune Français, diplômé de l'Académie Ferrari, s'est révélé être le meilleur débutant après avoir acquis une impressionnante 15e place en Australie au volant d'une Marussia qui ne devrait pas être là, même si elle a grandement été améliorée et dispose du KERS maintenant. Mais un pilote n'aurait pas été remarqué par Ferrari s'il était médiocre.

F1 Jules Bianchi Marussia
Photo: WRi2

Certes, on pourrait dire que Valtteri Bottas a fait mieux avec un 14e place, dans une Williams un peu limite, sans oublier que Sir Frank Williams le tient en haute estime.

Sauf que Frank Williams croyait aussi très fortement en un certain Antonio Pizzonia… Il apparaît que Bottas a un peu mieux fait que Bruno Senna, qu'il remplace. Cependant, compte-tenu de tout le battage autour de son arrivée, cela reste un peu décevant.

Jules Bianchi est le seul retardataire qui termine dans le même tour que les meneurs. Cela le place bien en avant de son coéquipier, Max Chilton, et les deux Caterham de Giedo Van der Garde et Charles Pic, qui pilotait pour Marussia l'an dernier.

Les Caterham semblent être en proie à de sérieux problèmes de tenue de route. Charles Pic doit se poser de sérieuses questions après s’être qualifié 22e et dernier de la grille. En comparaison, Bianchi réalisait le 19e chrono en qualifications avec près de deux secondes d'avance sur son compatriote.

F1 Jules Bianchi Marussia
Photo: WRi2

Jules Bianchi se disait « très heureux » et incapable de « rêver d'un meilleur départ » dans sa carrière en Formule 1. Ses citations d'après courses sonnent comme sous-estimées.

D'autres chiffres, comme ses chronos en course et en qualification, donnent une lecture encore plus impressionnante. Alors que la 19e place sur la grille de départ semble à peu près la meilleure position que l'on peut espérer d'un débutant avec une Marussia, Jules Bianchi devançait Chilton de près de 8/10e de seconde, une demi-seconde derrière la Sauber d'Esteban Gutiérrez (16e) et la Wiliams de Pastor Maldonado (15e).

Parmi les réalisations de Bianchi durant le weekend, il faut noter son tour le plus rapide en course, en 1m30.454, qui le place en 11e position. Ceci le place avec les ténors, puisque Sebastian Vettel a réalisé 1m30.409, Button 1m30.198 et Massa 1m30.239. Pour finir de mettre ce chrono en perspective, Bottas a réalisé son meilleur tour en 1m30.652. Le pilote Marussia a également impressionné dans le premier secteur où il affichait le même rythme que Vettel et Massa.

F1 Jules Bianchi
Photo: WRi2

Pourtant, l'histoire de Jules Bianchi a bien failli ne pas survenir. Suite à son « duel qui n'en était pas un » avec Adrian Sutil chez Sahara Force India à Barcelone, le jeune Français avait perdu sa chance de courir en F1 cette saison et semblait se résigner à passer une nouvelle année en tant que pilote de réserve.

Puis, la question du financement de Luiz Razia chez Marussia est arrivée… Razia a été écarté. Bianchi a fait mouler son siège et a eu seulement deux journées d'essais avec l'équipe Marussia pour se préparer à ses débuts à Melbourne.

Malgré la déception de Razia, après le spectacle offert la semaine dernière, Jules Bianchi pourrait bien être la meilleure chose qui soit arrivée à l'équipe Marussia F1.