Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: Les directeurs d'équipe se rencontrent à nouvau, à Valence

F1: Les directeurs d'équipe se rencontrent à nouvau, à Valence

Par ,

D'après GMM

Les directeurs d'équipe ont tenu leur plus récent rendez-vous à Valence, vendredi. Ils ont discuté du futur et de l'aspect financier de la Formule 1 dans le motorisé de l'écurie Toyota.

De plus, à la demande de Max Mosley, le président de la FIA, la réduction des coûts et les réglementations futures ont aussi été à l'ordre du jour.

Aucune décision finale n'a été prise concernant les sujets discutés, mais plusieurs points intéressants ont été soulevés par les divers acteurs, dont la possibilité que les équipes collaborent toutes à la création du système KERS et possiblement d'autres composantes de la voiture afin de minimiser les coûts de production.

Plusieurs patrons étaient aussi d'avis que le développement châssis devrait être gelé sur une période de trois ans, toujours dans l'optique de la réduction des coûts. Sir Frank Williams et l'actuel propriétaire de l'écurie Force India n'étaient clairement pas de ceux-là.

« C'est un non-sens total », a même déclaré le directeur de l'équipe Toro Rosso Franz Tost. « Il y a de plus en plus de restrictions. C'est pourtant en Formule 1 que nous sommes supposés révolutionner les technologies déjà en place. »

Flavio Briatore, le patron de l'équipe Renault, est pour sa part d'avis que la seule façon de réduire les coûts est de mettre en commun les connaissances, tel ce fameux système KERS qui devrait être un effort de groupe, selon l'Italien. Il a aussi tenu à dire que toutes ces mesures ne rendront pas la F1 moins captivante.

« Tout le monde oublie ce que le public veut », a-t-il dit en réponse à ceux qui disent que la série GP2 sera bientôt plus populaire que la F1 comme elle ne freine pas les développements techniques.

« Le public n'a rien à faire de nos boîtes de vitesses, suspensions et freins sophistiqués. Le public veut du suspense et de l'action. Nous sommes une industrie du divertissement et ça, il ne faut pas l'oublier », a-t-il conclu vendredi.