Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: Les liens qui unissent Ferrari à Jules Bianchi

F1: Les liens qui unissent Ferrari à Jules Bianchi

Par ,

Cela fera bientôt cinq ans que le pilote français Jules Bianchi est associé à la Scuderia Ferrari. Avec ces rumeurs de possible transfert de Bianchi chez Ferrari pour 2014, laissons-le nous raconter son premier contact avec une Ferrari F1…

« Ferrari cherchait un premier pilote pour son académie, sa nouvelle filière de pilotes. Nicolas (Todt) me suivait depuis l’époque du karting et c’est lui qui leur a conseillé de me prendre et ce fut une des grandes chances de ma carrière », de raconter Bianchi à Auto123.com à Montréal.

F1 Ferrari Jules Bianchi 2009
Jules Bianchi dans le garage Ferrari, en 2009. (Photo: WRi2)

Le Français, qui venait tout juste d’être couronné champion de l’Eurosérie de Formule 3, s’est vu offrir un premier essai au volant d’une monoplace Ferrari de F1.

« J’ai eu droit à deux jours d’essais début décembre 2009 sur le circuit de Jerez de la Frontera en Espagne », de poursuivre Bianchi.

Son premier contact avec la F1 l’a véritablement marqué.

« Tout, tout est impressionnant ! J’avais déjà roulé dans une voiture de GP2 à cette époque, mais quand je suis monté dans la F1, ce fut vraiment quelque chose d’incroyable », de raconter Bianchi.

« En fait, j’ai effectué un premier tour d’installation habituel pour voir si tout fonctionnait bien. Et je n’ai pas trouvé cela impressionnant du tout. Je changeais les rapports au son, à l’oreille. Je n’étais pas concentré sur les diodes de changements de vitesses sur le volant et je devais les changer vers 12 000 tours. Pour moi, ça paraissait être très haut en régime, car une GP2 ne tourne qu’à 9500/10 000 tours. Je me suis alors dit ‘Bon, ça va… Ça va vite, mais pas trop’ », de confier le jeune Français.

F1 Ferrari Jules Bianchi Jerez de la Frontera 2009
Jules Bianchi à bord de la Ferrari, à Jerez de la Frontera, en 2009. (Photo: WRi2)

« Quand je suis rentré au stand, l’ingénieur m’a dit ‘Maintenant, il faut que tu tires plus sur les vitesses, et attendre que les diodes s’illuminent pour changer les rapports’. Je me suis dit que ça n’allait pas changer grand-chose… »

« Et quand j’ai fait comme il le fallait, j’ai compris que c’était un truc démentiel. Ça donne un coup de pied aux fesses terrible ! J’ai vite réalisé que la puissance était terriblement élevée et que c’était vraiment un autre monde ! » de dire Bianchi en riant.

Jules Bianchi dispute la saison 2013 avec Marussia, afin de prendre de l’expérience. Une rumeur l’envoie remplacer Felipe Massa chez Ferrari dès la saison prochaine. Son rêve se réalisera-t-il ?

F1 Ferrari Luca Baldisseri Jules Bianchi
Jules Bianchi et Andrea Stella. (Photo: WRi2)