Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: Les pilotes de Formule 1 s'unissent contre Max Mosley

F1: Les pilotes de Formule 1 s'unissent contre Max Mosley

Par ,

D'après GMM

Les pilotes de Formule 1 se sont unis pour condamner certaines décisions prises par le président de la FIA, Max Mosley, surtout quand ce dernier déclare que la F1 n'a pas besoin de Ferrari.

La prestigieuse Scuderia Ferrari, la seule à avoir disputé le Championnat du monde depuis sa création en 1950, a entrepris un bras de fer avec la FIA au sujet de l'imposition d'une F1 à deux vitesses basée sur un plafond budgétaire volontaire.

« Sans Ferrari, ce n'est plus la Formule 1, » a déclaré Giancarlo Fisichella dans le paddock du circuit de Barcelone.

Le double champion du monde, Fernando Alonso, a dit qu'il était, pour lui, « impossible » d'avoir une Formule 1 sans Ferrari. Champion du monde en titre, Lewis Hamilton, a affirmé qu'il « ne pouvait imaginer » la F1 sans Ferrari.

« Il est un peu bizarre d'entendre Mosley dire de telles choses, » a révélé Nick Heidfeld de BMW. « Car j'avais cru comprendre l'automne passé que la FIA était à l'écoute des amateurs de F1 à travers le monde. Et Ferrari est certainement le nom le plus important de la F1 auprès des amateurs ».

Pilote Ferrari, Felipe Massa a déclaré ne pas vouloir se placer « entre les deux protagonistes », mais a admis en avoir assez des jeux politiques qui se jouent en F1.

« Ce serait bien de participer à un sport un peu plus agréable, vous savez. Moins de politique et plus de sport. C'est tout ce que je peux dire, » a déclaré le Brésilien.

Rubens Barrichello, qui a piloté durant six saisons pour Ferrari, a affirmé que réagir aux propos tenus par Mosley était un geste « trop polémique ».

Mark Webber, pilote de l'écurie Red Bull, a attaqué le coeur du problème: le plan de Mosley pour un plafond budgétaire.

« On aurait alors deux types de réglementation. Pour moi, pilote, ça ne m'attire pas du tout. Quand je joue au tennis, je veux que mon adversaire ait la même raquette que moi, » a-t-il précisé.