Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: Les pilotes McLaren sont pessimistes quant au titre 2010

F1: Les pilotes McLaren sont pessimistes quant au titre 2010

Par ,

D'après GMM

À trois grands prix de la fin, la rhétorique McLaren sur le gain du titre s'estompe.

Après Suzuka, Lewis Hamilton et Jenson Button sont maintenant respectivement à 28 et 31 points du meneur Mark Webber, forçant Lewis Hamilton à admettre que même une série de victoires jusqu'à Abu Dhabi pourrait ne pas suffire.

"Des podiums ne suffiront plus," explique le champion du monde 2008, après une fin de semaine japonaise cauchemardesque, entre les bris de boîtes de vitesses et son otite.

"Avec des victoires, c'est possible si les autres ont des problèmes. Mais si les Red Bull terminent toutes leurs courses, alors elles sont dans un fauteuil," ajoute Lewis Hamilton.

Jenson Button est aussi peu convaincu de pouvoir défendre son titre de champion du monde.

"Si nous n'arrivons pas en Corée avec plusieurs évolutions pour nous rapprocher des Red Bull, c'est pratiquement impossible. Je préfèrerais penser que nous n'avons pas à espérer un accrochage Red Bull ou un problème de fiabilité, et que nous avons la voiture pour aller les chercher. Mais avec le rythme qu'elles avaient ici, ils sont tranquilles," explique Jenson Button.

Deuxième au classement, à égalité avec Sebastian Vettel, Fernando Alonso compte 14 points de retard mais reste confiant pour remporter son premier titre avec Ferrari.

"Nous sommes convaincus que c'était le pire circuit pour nous sur ceux qui restent," indique l'Espagnol après sa troisième place.

"Pour être champion du monde j'ai besoin d'une autre victoire et de deux podiums," insiste Fernando Alonso dans La Stampa.

Même s'il admet que son équipier est proche du titre, le vainqueur du grand prix, parti de la pôle position, Sebastian Vettel a le sourire.

"Son avance de 14 points est une avantage bien sûr. S'il gagne encore, ça deviendra difficile pour nous tous. Mais tout peut encore arriver," déclare Sebatian Vettel, en parlant de Mark Webber, au magazine Auto Motor und Sport.

La confiance de l'Allemand vient de l'apparente facilité avec laquelle il a gagné au Japon.

"Sans vouloir paraître arrogant, je peux dire que j'avais le contrôle vis-à-vis de Mark. Je le voyais tout le temps," explique le vice-champion 2009 au journal Bild.

"Il était une, deux ou trois secondes derrière. Chaque fois qu'il se rapprochait, j'augmentais mon rythme. Tout allait bien. Si je gagne les trois prochaines courses, tout ira bien, c'est donc mon objectif," prévient Sebastian Vettel.