Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: Les protestations au Bahreïn menacent la tenue du Grand Prix

F1: Les protestations au Bahreïn menacent la tenue du Grand Prix

Par ,

D’après GMM

À moins d’un mois de l’ouverture de la saison 2011 du Championnat du monde de Formule 1, le pays hôte, Bahreïn, est aux prises avec des manifestations majeures.

Inspiré par les révoltes anti-gouvernements qui ont secoué la Tunisie et l’Égypte, des milliers de protestataires du Bahreïn ont affronté les forces de l’ordre armées de gaz lacrymogène et de bâtons. On rapporte que trois personnes ont été tuées jusqu’ici.

« Il est certain que la F1 ne viendra pas ici dans le calme, » de rapporter Nabeel Rajab, vice-président du Centre des droits de la personne au Bahreïn au magazine Arabian Business.

« Il y aura beaucoup de journalistes ici, beaucoup de gens qui vont savoir ce qui se passe, et le gouvernement agira de façon aussi stupide qu’hier et aujourd’hui. Ce sera plus violent, mais aussi beaucoup mieux publicisé, » il ajoute.

Rajab ajoute ne pas croire que les protestations ne dureront pas longtemps.

« Elles n’arrêteront pas, surtout maintenant que des gens sont morts. Je ne crois pas que cette révolte s’arrêtera facilement, » a-t-il précisé.

Questionné à savoir si le Grand Prix devait être annulé, le grand patron de F1, Bernie Ecclestone, a répondu : « Je n’en ai aucune idée. Il est difficile de bien comprendre ce qui se passe ».

Ecclestone a indiqué avoir tenté de contacter le Prince du Bahreïn, Salman ibn Hamad ibn Isa Al Khalifa.

« Il est passablement occupé comme vous devez vous en douter. Pour cette raison, je ne sais pas exactement ce qui se passe, » de dire Ecclestone au quotidien Daily Telegraph.

« Le danger est bien réel, n’est-ce pas ? Si ces gens désirent créer de la confusion et obtenir l’attention du monde entier, ce serait réellement facile, n’est-ce pas ? Faites du grabuge sur la grille de départ et vous aurez un auditoire mondial, » a-t-il précisé.

« Comme je l’ai dit, je vais tenter le contacter le Prince plus tard. Nous surveillons étroitement les événements. Nous nous fierons sur ce qu’ils nous conseillent de faire, » de conclure Ecclestone.