Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: L'instabilité politique retarde les négociations du GP du Canada

F1: L'instabilité politique retarde les négociations du GP du Canada

Par ,

L’actuel contrat qui lie le promoteur du Grand Prix du Canada à Bernie Ecclestone va se terminer en juin avec la présentation de l’édition 2014 de l’épreuve.

Les deux parties discutent de son renouvellement depuis au moins deux ans, mais, bizarrement, rien n’a encore été signé.

Officiellement, on nous a confié que tout était réglé, mais il fallait encore les signatures au bas des contrats.

Les quatre intervenants, les gouvernements fédéral et provincial, la Ville de Montréal et Tourisme Montréal, doivent en effet se partager la facture des travaux de réfection des bâtiments vétustes et ainsi que le paiement de la prochaine contribution annuelle de 15$ millions indexée de 4% par année.

F1 grand prix Canada 2012
Départ du grand prix du Canada 2012. (Photo: WRi2)

François Dumontier, le promoteur du Grand Prix, a parlé publiquement de cette affaire devant des membres de la Chambre de commerce et d'industrie de Saint-Laurent-Mont-Royal.

« À 60 jours du Grand Prix 2014, il y a urgence », de dire Dumontier.

« Oui, à 60 jours de son édition 2014, malheureusement, la pérennité du Grand Prix du Canada n'est pas encore assurée », a-t-il dit.

« Nous sommes à négocier un nouveau contrat d'une durée de 10 ans couvrant la période de 2015 à 2024. Pour obtenir ce contrat, il faut signer deux principales ententes. Celle qui lie le promoteur à la FOM est en soi une formalité. Mais celle qui lie les différents gouvernements entre eux sur le partage de la facture n'est toujours pas couchée sur papier », de dire Dumontier dans les pages de La Presse.

L’instabilité politique qui a régné au cours des dernières années n’a pas facilité les pourparlers. En 18 mois, il y a eu deux changements de gouvernement provincial et la ville de Montréal a connu quatre maires en un an.