Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: « Nous voulons nous améliorer et nous allons le faire », dit Kovalainen

F1: « Nous voulons nous améliorer et nous allons le faire », dit Kovalainen

Par ,

D’après Auto Motor und Sport

Voilà maintenant deux saisons que Heikki Kovalainen n’a pas marqué un seul point. Le Finlandais, pourtant, ne montre aucun signe de découragement.

Après une saison recrue chez Renault en 2007, Kovalainen a eu la chance de pouvoir poursuivre sa carrière aux côtés de Lewis Hamilton chez McLaren, avant de se faire remplacer par Jenson Button. Depuis sa dernière saison avec l’équipe britannique en 2009, Kovalainen peine en fond de grille avec Team Lotus.

Ce dernier insiste cependant que, malgré le manque de preuves, son niveau de performance est meilleur que jamais.

Kovalainen pilote mieux que jamais (Photo: WRi2)
Kovalainen pilote mieux que jamais (Photo: WRi2)

« Depuis l’année dernière, ma condition physique est supérieure, et mes performances sont plus constantes, estime le principal intéressé. Encore jamais dans ma carrière n’ai-je piloté aussi bien. »

Il affirme que s’il en est ainsi, c’est qu’il a su vaincre ses démons.

« Je me mettais trop de pression sur les épaules [chez McLaren]. Les attentes étaient trop hautes et j’en étais affecté physiquement et mentalement. Je me sens beaucoup plus fort aujourd’hui.

La question de son pilotage réglée, Kovalainen s’attend maintenant à avoir une monoplace à la hauteur de ses (nouvelles) attentes d’ici peu.

« La saison 2012 sera décisive pour nous [Caterham]. La voiture 2011 était définitivement une amélioration comparée à la voiture 2010 et nous comptons bien nous améliorer d’autant l’an prochain. Notre objectif sera de nous battre pour des points, avec les Sauber, Williams, Toro Rosso et autres. »

Jusqu'où sur la grille Kovalainen et Caterham se rendront-ils en 2012? (Photo: Pirelli)
Jusqu'où sur la grille Kovalainen et Caterham se rendront-ils en 2012? (Photo: Pirelli)

Même s’il est heureux chez Team Lotus/Caterham, l’ancien coéquipier d’Hamilton ne peut s’empêcher de rêver à ce dont il serait capable s’il se trouvait à nouveau au volant d’une voiture gagnante.

« Je ne dois pas être le seul à me poser la question », remarque-t-il cependant.