Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: Présent à Montréal, Jacques Villeneuve parle de McLaren et de l'accident des Red Bull

F1: Présent à Montréal, Jacques Villeneuve parle de McLaren et de l'accident des Red Bull

Par ,

D'après GMM

Jacques Villeneuve parie sur une course très forte de la part des McLaren à Montréal et concernant le grand prix de Turquie déclare "les pilotes restent des pilotes".


Le champion du monde 1997 est présent à Montréal pour le grand prix, où son nom figure sur le nom du circuit après celui de son père.

"J'aime vraiment ce circuit et je pense que les voitures équipées d'ailerons arrières décrocheurs afficheront de bonnes performances," explique Jacques Villeneuve sur le site internet rds.ca.

"Le circuit demande peu d'appui mais contient des virages lents, et je pense que cela conviendra aux McLaren. Mais il ne faut pas oublier Red Bull qui a toujours dominé les qualifications," ajoute le pilote québécois.

Les Red Bull ont en effet obtenu toutes les pôles position de la saison 2010, et durant les derniers mois ont toujours été favorites pour la victoire. Mais en Turquie il y a deux semaines, les McLaren ont démontré qu'elles avaient comblé leur retard sur la RB6, et combinée au moteur Mercedes, l'équipe britannique est aussi favorite pour le grand prix du Canada.


Jacques Villeneuve s'exprime également sur l'accrochage entre les pilotes Red Bull lors du dernier grand prix de Turquie.

Beaucoup de choses et de commentaires ont suivi l'incident et quand la plupart des personnes blâmaient Sebastian Vettel, les cadres de Red Bull pointaient Mark Webber du doigt.

La page a été tournée pour l'équipe Red Bull et Mark Webber a prolongé son contrat cette semaine pour une année supplémentaire en 2011. Dr Helmut Marko a indiqué que les pilotes étaient libres de se battre sur la piste, mais qu'ils ne doivent pas résister à leurs attaques respectives.

Jacques Villeneuve indique à rds.ca : "Les deux voitures menaient, mais les pilotes restent des pilotes et c'est toujours difficile pour l'un de se donner à 110 % si l'autre ne le fait pas."

"La réaction de l'équipe paraissait bizarre après la course - de jeter la faute sur quelqu'un aussi vite et aussi catégoriquement. Mais on ne sait jamais ce qui s'est passé lorsque l'on voit la situation de l'extérieur," ajoute le pilote canadien.