Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Interview exclusive avec Jacques Villeneuve

Interview exclusive avec Jacques Villeneuve

Par ,

Auto123.com a rejoint par téléphone le pilote québécois Jacques Villeneuve qui nous livre ses impressions sur Stefan GP, le V8 australien et la Formule 1 en général.

« En ce qui concerne la Formule 1, toujours rien. Pas de nouvelle. Ce qui est certain est que je vais disputer la course de la série australienne V8 Supercars à Surfers Paradise en fin de saison, » de déclarer Jacques Villeneuve à Auto123.com.

« Ce sera un gros événement, à saveur internationale. Je connais bien le circuit, et c’est une série sérieuse, bien organisée, professionnelle. »

Il ajoute : « Il y a aussi la série argentine Top Race qui a décalé son calendrier de six mois tel que je leur avais suggéré. Puisqu’ils sont au sud de l’équateur, ils peuvent courir durant notre hiver et ainsi attirer plusieurs pilotes internationaux. Cela représente une possibilité ».

Villeneuve a dit être content de constater que des choses commencent à changer. « En Amérique du Nord, l’économie se relève un peu et les choses recommencent à bouger, » de dire Villeneuve.

« Le marché s’ouvre doucement. Même en NASCAR. C’est une autre piste à suivre. Mais je vais continuer à mettre tous mes efforts sur la Formule 1 avant de consacrer du temps sur les autres séries ».

Villeneuve nous a aussi donné des informations sur sa relation avec l’écurie serbe Stefan GP.

« Eh non, je n’ai jamais rencontré Zoran Stefanovich. Cela s’est fait par personnes interposées, » a-t-il confirmé à Auto123.com.

« Oui, j’ai bel et bien fait mouler un siège, mais c’est tout. J’étais de passage dans le coin et j’en ai profité pour faire mouler un siège, car personne ne savait à ce moment comment les choses allaient évoluer. Mais c’était encore une voiture Toyota avec du personnel Toyota. Par contre, je ne sais rien des plans de Stefan GP pour 2011. Je sais des choses grâce à l’Internet, mais pas plus. Je ne suis pas au milieu de cette affaire ».

Et si une petite écurie comme Lotus, Virgin ou Hispania te contactait pour remplacer un de ses pilotes, accepterais-tu?

Après une courte pause, Jacques répond. « Je suis prêt. Physiquement et mentalement, je suis prêt à retourner en F1. Par contre, si c’est pour rouler à 4 secondes des temps, je n’en suis pas si sûr… Il faudrait que je regarde bien la situation. Je dois faire les choses bien, correctement. Je me suis déjà fait brûler dans le passé. Je ne suis pas intéressé à recommencer. »