Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: Red Bull envisagerait le rachat de Renault Sport F1

F1: Red Bull envisagerait le rachat de Renault Sport F1

Par ,

D'après GMM

Malgré les dénégations de ses dirigeants, la rumeur persiste que Red Bull envisage de concevoir et/ou gérer son propre moteur de Formule 1.

Au fil des grands prix, il est devenu clair que Red Bull ne pourrait pas poursuivre sa conquête de titres dans cette nouvelle ère turbo hybride, l'écurie blâmant régulièrement l'unité de puissance Renault.

« Les champions du monde ont désespérément besoin d'énergie », ironisait le Stuttgarter Zeitung, en référence au fait que Red Bull produit des boissons énergétiques.

Attisée par des déclarations du Dr Helmut marko, la rumeur s'est vite propagée que Red Bull pourrait concevoir son propre moteur.

Cependant, aussi bien Dietrich Mateschitz que Christian Horner démentent depuis le début de la semaine vouloir devenir un fabricant de moteurs.

« Nous n'avons aucun désir d'être motoristes. Nous voulons travailler avec un partenaire solide, compétitif et être devant », de dire le directeur général de Red Bull à El Confidencial.

Mais il y a peut-être autre chose.

Le constructeur Renault motorise également Lotus, Toro Rosso et Caterham et a révélé récemment que certains de ses clients ne paient pas leurs factures de moteurs en temps et en heures.

Il se chuchote dans les paddocks que Renault Sport F1, basée en banlieue parisienne à Viry-Châtillon, serait en vente. D'autant que Lotus aurait choisi de prendre un moteur Mercedes en 2015.

Du coup, plutôt que de « devenir un fabricant de moteurs », Red Bull pourrait tout simplement acheter le motoriste français.

F1 Renault Sport factory Viry-Chatillon France
L'usine Renault F1 à Viry-Châtillon, France. (Photo: Renault Sport)

Red Bull et Toro Rosso ont joué un rôle actif, y compris financièrement, dans la résolution de la crise de Renault en pré-saison.

Sport Bild souligne que Red Bull ne veut pas être un fabricant de moteurs, mais veut être « indépendant » et retrouver le succès en F1.

La solution pourrait être que Red Bull achète Viry-Châtillon, prenne le contrôle de l'usine de fabrication du moteur, gère le personnel, prenne les décisions et contrôle le budget.

Un changement de personne-clé pourrait être Mario Illien, le fondateur de l'usine de moteurs de F1 Mercedes, à Brixworth.

Cela correspondrait avec le prochain « Centre des technologies avancées » de Red Bull, que dirigera Adrian Newey.

Helmut Marko affirme : « Le contact entre Adrian et Mario a toujours été très bon ».

L'exemple de McLaren cette saison apporte de l'eau à cette approche de Red Bull.

Malgré une unité de puissance Mercedes, mais comme simple cliente, la célèbre équipe britannique est en difficulté cette année. Pour autant McLaren mise sur l'arrivée de Honda l'an prochain, comme motoriste intégré à McLaren.

« Avoir un moteur usine permet d'intervenir sur beaucoup plus de canaux et de possibilités que lorsque l'on a un moteur client », d'expliquer Éric Boullier à la presse cette semaine.

« Prenons l'exemple de Mercedes et de Red Bull, nous savons tous que le châssis Red Bull est très bon, peut-être meilleur que celui de la Mercedes. Mais la grande différence est que le moteur Renault est un moteur client », d'ajouter le dirigeant de McLaren.