Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1 Technique: Analyse de la Williams FW33 (+photos)

F1 Technique: Analyse de la Williams FW33 (+photos)

Par ,

La plupart des écuries de Formule 1 ont mis en piste leurs nouvelles monoplaces, cuvée 2011. Lors des prochains essais hivernaux, tenus cette semaine à Barcelone, on aura une meilleure idée du véritable potentiel de la Williams FW33.

Pilotée par le vétéran Rubens Barrichello, la Williams FW33 à moteur Cosworth a créé la surprise lors des précédents essais tenus à Jerez, décrochant le chrono le plus rapide des quatre jours.

Mais la rumeur veut que la Williams ait roulé à ce moment avec le réservoir d’essence vide, des pneus ultra tendres et sous le poids minimum après que le KERS ait été retiré.

« C'est ridicule. Notre chrono est bien réel. Tous ceux qui connaissent notre écurie savent bien que nous ne roulons jamais sous le poids minimal, de dire Sam Michael, directeur technique de Williams.

Alors, les ingénieurs ont-ils trouvé la solution miracle pour gagner de l’appui aérodynamique perdu ?

La FW33 est technologiquement passablement avancée comme on peut le constater sur ces photos prises à Jerez. Nous avons augmenté le contraste des photos afin de mieux illustrer les détails mécaniques de la section arrière de la monoplace.

Le triangle supérieur et l’angle prononcé des demi-arbres de transmission sont clairement visibles. (Photo: WRI2)

La FW33 possède le train arrière le plus bas de toutes les nouvelles voitures. Il est même plus bas que celui de la Red Bull RB7. Williams est parvenu à un tel résultat grâce à la conception et la fabrication d’un ensemble boîte de vitesses/différentiel extrêmement compact.

Le train arrière de la FW33 est tellement bas que les demi-arbres de transmission possèdent l’angle le plus élevé jamais vu en F1 : aux environs de 14°. Normalement, cet angle se situe aux alentours de 6-7°, car il s’agit d’une pièce qui subit des contraintes physiques extrêmes.

Une autre image du train arrière de la Williams. (Photo: WRI2)

L’écurie Williams semble avoir passé beaucoup de temps à développer et essayer cette solution avant de l’installer dans sa nouvelle voiture.

Le train arrière de la FW33 se distingue aussi par les points d’attache inusités des éléments de suspension. Le triangle supérieur repose à plat, fixé non pas au caisson de la boîte de vitesses, mais au pilier central de l’aileron arrière.

Williams a aussi suivi la mode d’employer une suspension arrière à tirants. Seules les écuries Ferrari, Sauber (qui utilise un moteur et une transmission Ferrari), Virgin Racing et Hispania Racing Team demeurent fidèles à une suspension à poussoirs.

Train arrière de la Red Bull RB7. (Photo: WRI2)

Arrière de la Ferrari F150th Italia. (Photo: WRI2)