Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

F1: Un nombre élevé de blessures à la tête en Formule 1

F1: Un nombre élevé de blessures à la tête en Formule 1

Par ,

Le terrible accident de Jules Bianchi au Grand Prix du Japon démontre une cruelle réalité.

Depuis l’utilisation massive des matériaux composites et de la fibre de carbone dans les voitures de Formule 1, la nature des blessures infligées aux pilotes lors d’accidents a évolué.

Durant les décennies 60-70, et début des années 80, les pilotes impliqués dans des accidents étaient surtout blessés aux jambes.

Les châssis étaient fabriqués de feuilles d’aluminium collées et rivetées. Mais le pire était que la conception des voitures à effet de sol exigeait que les pilotes soient assis très à l’avant des bolides, avec les pieds situés devant l’axe des roues avant ! En cas de choc frontal, les pieds, chevilles et jambes des pauvres pilotes étaient broyés.

F1 Alain Prost Renault 1981
Alain Prost, Renault RE30B, 1982. (Photo: WRi2)

On n’a qu’à se souvenir des accidents subis par :
David Purley à Silverstone en 1977
Ronnie Peterson à Monza en 1978 (décédé)
Marc Surer à Kyalami en 1980
Jean-Pierre Jabouille à Montréal en 1980
Clay Regazzoni à Long Beach en 1980
Didier Pironi à Hockenheim en 1982
Riccardo Paletti à Montréal en 1982 (décédé)
Jacques Laffite à Brands Hatch en 1986

Les châssis fabriqués en fibre de carbone sont apparus au début des années 80. La réglementation technique a ensuite évolué dans le but de protéger les jambes des pilotes.

Aujourd’hui, seul le sommet du casque émerge du cockpit. Ce dernier est entouré d’une mousse qui absorbe l’énergie lors des impacts, et les mouvements de la tête des pilotes sont restreints par le HANS.

F1 Mercedes W05 Nico Rosberg
Nico Rosberg, Mercedes W05, 2014. (Photo: WRi2)

Malgré tout cela, la F1 a été noircie par plusieurs accidents dans lesquels les pilotes ont été blessés à la tête ou au cerveau.

On note :
Ayrton Senna à Imola en 1994 (décédé)
Roland Ratzenberger à Imola en 1994 (décédé)
Karl Wendlinger à Monaco en 1994
Felipe Massa au Hungaroring en 2009
Henry Surtees (pilote de F2 tué quand un pneu a rebondi directement dans son cockpit en 2009)
Maria de Villota à Duxford en 2012 (décédée plus tard des conséquences de ses blessures)
Jules Bianchi à Suzuka en 2014

Espérons que la FIA effectue d’autres études, rapidement, afin d’encore mieux protéger les pilotes, et ce, dans toutes les catégories du sport automobile.