Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Fiat reçoit une gifle

Fiat reçoit une gifle

Par ,

Même si Fiat désire conquérir le monde, le monde de la finance s'attend à ce que l'entreprise connaisse d'importantes difficultés dans les mois à venir. Le sauveur de Chrysler aura-t-il les reins assez solides?

Après Standard & Poor's en février dernier, c'est au tour de la réputée agence de notation Moody's a d'abaisser la note du constructeur, qui passe de Ba1 à Ba2.

L'agence américaine estime que Fiat et Chrysler seront de plus en plus liées au fil du temps et que le partage de moteurs, plateformes et composantes rendra les deux entreprises dépendantes l'une de l'autre. Si l'une ou l'autre était aux prises avec des difficultés financières, elles devraient alors se soutenir mutuellement, ce qui pourrait s'avérer catastrophique.

La situation économique précaire en Europe, le taux de renouvellement de modèles « relativement irrégulier » et les ventes de Fiat en déclin (-13%) dans la première moitié de l'année sur le vieux continent, sont parmi les raisons justifiant cette décision.

Moody's a également souligné que le constructeur italien courait des risques au Brésil, son marché le plus profitable. Une demande plus faible causée par une forte compétition laisse présager un risque de surproduction et des prix à la hausse.

La note de Fiat pourrait encore diminuer advenant l'érosion des parts de marché de Fiat en Europe, un affaiblissement de sa position financière ou une détérioration des performances de Chrysler.

D'ici 2014, Fiat et Chrysler souhaitent réaliser un chiffre d'affaires combiné de près de 100 milliards d'euros et des ventes de 6 millions d'unités.


Source: Automotive News