Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Formule SAE : le visage scolaire de la course (vidéo)

Formule SAE : le visage scolaire de la course (vidéo)

Par ,

Ils sont jeunes, passionnés, remplis d'imagination et débordants d'énergie. Leurs temps libres, pour la plupart, ils le passent autour d'une voiture de course monoplace en rêvant de succès et de victoires.

Pourtant, il ne s'agit ni de formule un ni d'une écurie de course de grand renom. Et la véritable passion de ses équipiers n'est pas réellement la vitesse, c'est plutôt la performance. Au sens noble, pure... et physique du terme. Car cette équipe, c'est l'équipe de la formule SAE de l'École de technologie supérieure, un groupe d'étudiants en génie qui se réunissent pour créer de toutes pièces une voiture monoplace capable de remporter la palme sur un circuit.

Une série unique
La série SAE (pour Society of Automotive Engineering) n'est pas nouvelle, et toutes les grandes écoles de génie en Amérique du Nord y participent. Au Québec, les grandes universités, pour la plupart, y compris McGill, Sherbrooke et Montréal, ont pris part au championnat. Ce qui, pour les gens de l'École de technologie supérieure, rend le défi encore plus passionnant.


Il faut dire que l'équipe de l'ÉTS a de quoi pavaner, sa voiture ayant remporté l'an dernier un premier prix en compétition en matière de design et de système de freinage. Cette année, on vise un peu plus haut, et l'on souhaiterait bien également mériter un prix directement sur la piste.

Notre collègue journaliste et pilote automobile, Bertrand Godin, a donc pris part aux essais de cette nouvelle version de la formule SAE lors d'une pluvieuse journée automnale sur le circuit de Mont Saint-Hilaire. Une expérience qu'il a appréciée, même si la pluie diluvienne l'a empêché de bien apprivoiser la voiture. En revanche, il a été étonné de la capacité de maîtrise et de freinage du petit bolide.

Des règles précises
Pour créer une formule SAE, les étudiants doivent partir de rien et concevoir toute la machine, du châssis au moteur, en passant par tous les systèmes embarqués. Toute la construction doit répondre à des normes précises en matière d'ingénierie et de conception tout en laissant suffisamment de marges de manoeuvre pour être unique.

Le coût total de construction du prototype doit être inférieur à 25 000 $, et le véhicule sera évalué à la fois sur la présentation que sur le dessin technique. Évidemment, la maniabilité, la vitesse, le freinage et, même, l'endurance, permettront aussi de déterminer un gagnant.

Une série de compétitions se tient tout au long de l'année. Trois ont lieu en Amérique du Nord, dont une au Michigan à laquelle les gens de l'ÉTS participeront, une en Californie et une autre en Virginie. Et ce n'est finalement que pour la gloire que chacune des équipes se bat.

Depuis 2004, l'équipe de l'ÉTS a toujours remporté au moins un premier prix, sinon plusieurs, tant en matière de design que d'ingénierie. Et on souhaite bien renouveler l'exploit cette saison.

Auto123.com suivra donc ces préparatifs au cours des prochaines semaines et vous en présentera les grandes étapes avant le grand résultat final.


photo:Philippe Champoux
Gallerie de l'article