Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Honda : comment vaincre le froid

Honda : comment vaincre le froid

Par ,

Tout comme nous, nos voitures, nos camions et nos VUS n'aiment pas prendre la route par un froid matin d'hiver -- encore moins après avoir passé la nuit dehors, couverts de glace et de sel.

Pourtant, les conducteurs canadiens démarreront bientôt leurs Honda, leurs Dodge, leurs Ford et leurs Volkswagen à des températures glaciales sans se soucier des rigueurs et des difficultés que cela impose.

Bref, on s'attend à ce que notre véhicule livre la marchandise de la même façon à n'importe quel moment de l'année.

Les constructeurs automobiles ont donc tout un défi à relever. Pour en savoir plus, j'ai discuté avec Hayato Mori, directeur de la planification de produits chez Honda Canada.

Photo: Matthieu Lambert

Justin Pritchard (JP): Comment vous assurez-vous qu'une voiture pourra démarrer sans qu'on la branche lorsque la température descend bien en deçà du point de congélation?

Hayato Mori (HM): Pour qu'une bougie d'allumage fasse son boulot, l'essence doit se trouver sous forme de vapeur -- et on sait que le froid neutralise la vaporisation.

Avant même de démarrer, la voiture détecte la température et la pression atmosphérique ainsi que la température et la position du moteur (dans son cycle), ce qui permet aux injecteurs de libérer un mince filet d'essence au bon moment afin de maximiser les chances de combustion.

Heureusement, la plupart des facteurs qui rendent un moteur efficace et écoénergétique, comme une faible friction, une distribution précise et une bonne gestion du carburant, favorisent aussi les démarrages à froid. Les compagnies pétrolières méritent une part du crédit, toutefois, en fournissant de l'essence spécialement conçue pour l'hiver qui se vaporise plus facilement par temps froid.

JP: Honda a-t-elle un standard de température pour le démarrage de ses moteurs?

HM: Je vais vous dire ceci : nous vendons des véhicules en Russie, en Europe du Nord et partout au Canada. Où qu'ils soient, nos clients s'attendent à la même chose, c'est-à-dire que leur moteur démarre. C'est aussi notre objectif.

JP: Comment testez-vous les véhicules dans le froid?

HM: Une fois le développement complété, les tests visent à s'assurer que le véhicule fonctionne selon les attentes des conducteurs canadiens. Nous validons par exemple sa rapidité à démarrer, à se réchauffer et à se dégivrer. De plus, nous simulons un arrêt au service au volant pour confirmer que rien ne vient perturber la bonne marche.

JP: Où effectuez-vous vos tests?

HM: Les moindres composantes de nos véhicules sont préalablement testées dans des chambres froides à travers le monde par nos fournisseurs. Nos équipes de design et de développement essaient ensuite les véhicules dans des chambres climatiques afin de s'assurer que tout fonctionnera comme prévu à la sortie de l'usine.

Bien sûr, il n'y a rien de tel que des essais sur le terrain. Les ingénieurs de Honda passent beaucoup de temps sur les routes glacées de la planète, notamment dans le nord du Canada.

JP: Aurez-vous de gros défis à relever dans les années à venir?

HH: La taille des moteurs diminue alors que celle des habitacles augmente. Il nous faudra peut-être trouver de nouvelles solutions pour continuer à garder les occupants au chaud par un froid extrême. Présentement, toutefois, nous n'avons pas de problème à garder nos acheteurs de Honda Fit au chaud avec des moteurs écoénergétiques jumelés à des systèmes de chauffage traditionnels bien conçus.