Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

GP3R: Interview de Patrick Carpentier après sa course de rallycross

GP3R: Interview de Patrick Carpentier après sa course de rallycross

Par ,

Le week-end dernier, le Québécois Patrick Carpentier est sorti de sa retraite pour piloter une VW Polo Supercar dans la course du Championnat du monde de rallycross tenue au Grand Prix de Trois-Rivières.

À l’exception d’une courte séance d’essais, Carpentier n’avait jamais piloté ce type de voiture de 600 chevaux avant la course de Trois-Rivières. Il s’est très bien débrouillé, atteignant même la finale.

Un article sur site officiel de la FIA précise même « l’une des plus impressionnantes performances de l’événement est venue de Patrick Carpentier qui effectuait ses débuts dans cette catégorie ».

Auto123.com a discuté de l’expérience avec Patrick.

Patrick Carpentier, VW Polo Supercar
Patrick Carpentier, VW Polo Supercar (Photo: Philippe Champoux)

« Oui, j’ai vraiment aimé ça. En me rendant en finale, ce fut tout un week-end. Je ne m’attendais vraiment pas à cela », de nous dire Carpentier.

« Les essais effectués lundi à l’Autodrome St-Eustache ont été vraiment intenses. J’ai dû apprendre à changer les vitesses, les procédures pour les départs, les trajectoires, tout. Ce fut un cours intensif de Rallycross 101 ! » nous a-t-il raconté.

Carpentier appréhendait ses premiers tours de pistes au Grand Prix de Trois-Rivières, mais tout s’est très bien déroulé.

« C’est comme du motocross. Il faut trouver la groove qui procure la meilleure traction. C’est dommage que Tanner Foust [son équipier] ait endommagé sa voiture, mais il m’a coaché et ça m’a beaucoup aidé », de poursuivre Carpentier.

Patrick Carpentier, VW Polo Supercar
Patrick Carpentier et l'auteur de ces lignes en discussion à Trois-Rivières. (Photo: Bee Tee)

Qu’est-ce qui fut le plus difficile à dompter ?

« La section en terre battue du tracé. Il fallait que je travaille super fort. Lors des essais libres, j’ai calé le moteur deux fois dans la partie « joker ». C’était tellement intense pour moi que je n’ai même pas tenté d’utiliser le frein à main pour prendre certains virages. En fait, j’ai oublié d’être nerveux ! J’avais toujours super hâte de retourner en piste entre les manches ! » de nous relater Carpentier.

Et si un commanditaire ou une écurie te proposait de disputer le championnat complet de rallycross l’an prochain ?

« Pour être parfaitement honnête, je ne sais pas si j’accepterais », de nous confier l’ancien pilote de série IndyCar.

Patrick Carpentier, VW Polo Supercar
Patrick Carpentier, VW Polo Supercar (Photo: Philippe Champoux)

« Quand j’ai arrêté la course, ce fut une transition difficile. Je ne suis pas sûr que j’aimerais revenir en arrière. Je ne voudrais pas courir durant un an ou deux, puis refaire un deuil de ma carrière. Tout va bien maintenant avec, entre autres, mon travail à la télé. J’ai couru durant 27 saisons, pour les meilleures écuries, et j’ai gagné des courses et des championnats. Mais maintenant, il y a la vie de famille, mes enfants sont grands, et nous sommes revenus vivre au Québec. Si j’étais plus jeune, j’accepterais. Mais à 42 ans, je ne dois plus penser comme à 18 », de nous dire Carpentier.

Carpentier n’est toutefois pas contre un programme léger…

« Courir de temps en temps, ça m’intéresserait. Je ne dirais pas non. J’aimerais aussi participer aux X Games en rallycross. J’ai toujours voulu le faire. Ça serait un beau projet », de conclure Patrick Carpentier.