Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Grand Prix de Pau: Entre déclin et renouveau

Grand Prix de Pau: Entre déclin et renouveau

Par ,

Rendez-vous incontournable de la course automobile depuis les années 30, le Grand Prix de Pau a perdu de son prestige au fil des années. Il retrouve néanmoins des compétitions de haut-niveau dès ce week-end, avec notamment la F3 internationale.

Moins connu que le prestigieux Grand Prix de Monaco, le Grand Prix de Pau a été le rendez-vous des meilleurs pilotes européens qui s’affrontaient sur un circuit urbain redoutable, très difficile, tracé dans les rues de la ville de Pau, au sud de la France.

Départ de la course de Formule 2 en 1976 avec Patrick Tambay (1) et René Arnoux (2). (Photo: Archives Auto123.com)

Après des premières courses organisées au début des années 1900, le véritable Grand Prix de Pau, dans sa configuration actuelle au milieu du Parc Beaumont, a vu le jour en 1933 (victoire de Marcel Lehoux sur Bugatti).

Par la suite, les plus grands noms du sport automobile se sont affrontés dans la cité paloise, avec des pilotes de renom comme Tazio Nuvolari, Jean-Pierre Wimille, Philippe Etancelin et Hermann Lang, avec les écuries les plus renommées de l’époque : Alfa Romeo, Bugatti, Maserati ou Mercedes.

Le Grand Prix de Pau a perduré après la seconde Guerre Mondiale et a accueilli les stars de la Formule 1 des années 50 (Fangio, Ascari, Villoresi, Trintignant, notamment), même si l’épreuve n’a jamais été intégrée au calendrier du championnat du monde naissant.

À partir du milieu des années 60, la réglementation en vigueur à Pau fut la Formule 2, avec là aussi des grands noms parmi les jeunes loups de l’époque : Stewart, Rindt, Gethin, Cevert, Arnoux, Depailler, etc.) En 1985, la F3000 remplace la Formule 2, et Pau est toujours une épreuve incontournable du calendrier. Juan Pablo Montoya fut le dernier à s’y imposer dans cette catégorie, qui laissera la place à la « petite » Formule 3 en 1999.

Jean Alesi, Reynard Formule 3000 (Photo: Archives Auto123.com)