Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

IRL: Alexandre Tagliani handicapé par des ennuis mécaniques (+photos)

IRL: Alexandre Tagliani handicapé par des ennuis mécaniques (+photos)

Par ,

Le pilote québécois Alexandre Tagliani, appelé à pied levé pour remplacer Enrique Bernoldi chez Conquest Racing dans la course de la série IndyCar présentée à Detroit, a connu une course marquée par deux incidents mécaniques.

Auto123.com avait la chance de faire partie de l'écurie Conquest en tant que préposé au panneau d'arrêt d'Alex. Voici le récit de la course vécue au sein de l'écurie, avec le casque radio.

Le Québécois prend le départ de la course en 21e place grâce à un chrono de 1:16,640.

Au premier tour de la course survient une neutralisation. L'ingénieur de « Tag » le fait rentrer pour changer de stratégie. L'équipe fait le plein de carburant.

Au 14e passage, il stoppe une seconde fois pour du carburant seulement.

La 2e neutralisation survient tout de suite après son arrêt. Tag reste en piste mais, chose surprenante, presque personne ne ravitaille comme prévu.

Le Québécois demeure en piste, mais il se retrouve bloqué derrière Boddy Rice, un peu plus lent que lui.

Mais soudain, Tagliani appelle son équipe. « La boîte ne fonctionne plus. Les vitesses sautent toutes seules. Je ne peux plus passer les rapports normalement ». L'équipe lui demande de réinitialiser le logiciel. Cela ne fonctionne pas.

L'équipe l'arrête et on change le « cerveau » qui contrôle le fonctionnement de la boîte. Alex retourne en piste, mais le problème persiste. Il rentre à nouveau, et cette fois, on change l'ensemble des pinions situés à l'intérieur de la boîte. Tagliani perd 6 tours, heureusement effectués sur le jaune.

Il revient en piste, signe le 3e meilleur temps en course (il terminera la journée avec le 6e chrono le plus rapide), puis rappelle son équipe. « Les gars, j'ai un autre problème. Cette fois, c'est l'embrayage. Le moteur monte en régime dès que j'appuie sur l'accélérateur, même en 5e vitesse ».

Tag s'arrête. On inspecte le tout. Le mal est définitif. L'équipe le fait descendre de sa voiture. Mais tous sont très contents.

« Tu as fait un excellent travail. Tu as roulé aussi vite que les meneurs et réalisé le 3e meilleur temps en course. Tu as bien fait progresser la voiture, » lui a dit son ingénieur par radio, des propos renchéris par le patron de l'écurie, Éric Bachelart.

« Avec un peu de travail, je suis convaincu que nous pouvons rouler dans le top 5 avec cette voiture, et sans forcer, » leur répond Tag. Un peu comme s'il lançait un message à Bachelart qui ne sait pas encore qui conduira cette voiture lors de la prochaine épreuve. Alexandre Tagliani ou Enrique Bernoldi ?
Gallerie de l'article