Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

La conduite hivernale - première partie

La conduite hivernale - première partie

Première partie

La conduite hivernale - troisième partie29 déc. 2006
La conduite hivernale - deuxième partie 27 déc. 2006

Dans la région de Montréal, l'hiver tarde à montrer le bout de son nez. Dans d'autres secteurs plus au nord, il y est déjà. Avec l'arrivée des premières neiges, il faut penser à modifier nos techniques de conduite. Nous profiterons de cet article et des suivants pour réviser nos techniques et connaître les facteurs de risque liés à la conduite hivernale. Nous expliquerons les techniques de freinage et de conduite en virage pour vous aider à mieux affronter les aléas de l'hiver et à tenir compte des conditions de la route et des lois de la physique.

Comment « lire » la route ?
À l'automne, la chute des températures, particulièrement le soir et la nuit, ainsi que la rosée du matin constituent des indices importants : déjà à des températures avoisinant le point de congélation, vous pouvez vous
attendre à voir le pavé des ponts geler plus rapidement que les routes. Si le pavé ressemble à un miroir, il y a de fortes chances que vous rouliez sur une surface verglacée, communément appelée glace noire. Les pluies d'automne vous donneront également un indice sérieux : quand vous suivez une voiture, si vous notez que ses pneus ne soulèvent plus ou très peu d'eau, cela vous indique que les conditions changent et que, bientôt, vous vous retrouverez sur de la glace. En ville, s'il tombe une neige légère mais soutenue, vous remarquerez que la surface durcit et se polit aux intersections; il y a donc danger de glisser au moment d'effectuer un arrêt ou un démarrage. La neige mouillée rend les changements de voie difficiles car elle crée une forte résistance au passage des roues et peut faire dévier votre véhicule. Les grands vents peuvent également jouer un rôle important en raison des changements de direction ou de la quantité de neige qu'ils peuvent accumuler sur la route.

Les lois de la physique
Votre véhicule est une masse en mouvement. Il y a transfert de poids quand vous imprimez un mouvement à cette masse. Au démarrage, l'avant
s'allège, et le poids va vers les roues arrière : excellent pour une propulsion, puisque ce sont les roues arrière qui poussent le véhicule. Dans le cas d'une traction, toutefois, les roues chercheront à patiner puisque l'avant est lesté de son poids. Au freinage, le poids se déplace vers l'avant, ce qui ajoute alors une pression élevée sur les pneus avant mais allège l'arrière du véhicule. Ajoutez alors le transfert de poids en virage et vous verrez que vos pneus en prennent tout un coup. Si vous conduisez un véhicule utilitaire sport, votre centre de gravité élevé entraîne un transfert de poids plus important qu'une voiture normale.

Position de conduite
En hiver, il est plus difficile de se bien positionner et de bien sentir sa voiture. Nos gros manteaux, nos bottes d'hiver et nos gants prennent de l'espace et nous isolent des commandes, des pédales et du volant. Il faut penser à régler notre siège et notre position en conséquence. Placez vos mains à 9 heures et à 3 heures sur votre volant. Gardez vos bras légèrement pliés : vos épaules devraient rester appuyées au dossier de votre siège quand vous tournez le volant. Pour vous en assurer, placez votre poignet sur le haut du volant pour régler votre dossier.

Si vous partez pour un long voyage ou une randonnée de plus d'une heure, arrêtez-vous après quelques minutes quand l'habitacle est chaud et enlevez votre manteau d'hiver; vous serez plus à l'aise pour conduire.

L'espace pour vos pieds
Avec l'arrivée de l'hiver et de la neige, on assiste au retour des grosses bottes. Prenez conscience que de grosses bottes rendent la conduite plus difficile, particulièrement avec une boîte de vitesses manuelle dont le pédalier est plutôt serré. Si vous pouvez opter pour des chaussures d'hiver plus étroites, cela vous facilitera la tâche. Prenez soin de bien dégager la neige sous vos pieds avant de monter dans le véhicule; cette neige, qui fondrait à la chaleur, pourrait geler après quelques heures au grand froid et rendre le plancher glissant au démarrage. J'ai souvent utilisé, avec succès, des feuilles de journal placées la nuit pour absorber l'eau sur les tapis et le plancher. Je les retire le matin, ce qui m'aide à garder mon plancher sec.