Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

La Mini de Mr. Bean

La Mini de Mr. Bean

Par ,

On ne lui connaît pas beaucoup de grandes citations, néanmoins la voiture qu'il conduit en dit long sur le personnage.

Oui, la Mini 1000 MkII 1976 couleur vert « applejack » au capot noir est indubitablement la voiture parfaite pour le personnage interprété par Rowan Atkinson. Après tout, dès ses premiers tours de roue en 1959, la Mini a toujours eu un je ne sais quoi d'intrigant.

Son créateur, Sir Alexander Issigonis, n'avait pas peur de se montrer audacieux quand il était question de design. À l'époque, la tradition dictait une disposition longitudinale du moteur. Lui a parié sur un arrangement transversal - ce qui libérait beaucoup d'espace pour la cabine.

Certes, d'autres avant lui ont eu des idées révolutionnaires (pensez au moteur arrière des Volkswagen Bug et Beetle), cependant Sir Alex a le mérite d'avoir perfectionné son idée. À un point tel qu'elle est aujourd'hui le baromètre de l'industrie.

À l'époque, la Mini en mettait plein la vue. Elle était spacieuse - considérant ses dimensions -, ne consommait pas beaucoup, se stationnait facilement et venait offerte en plusieurs configurations différentes, dont les plus sportives Cooper et Cooper S.

Le symbole même des swinging sixties s'il en est un.

Et pourtant, Mr. Bean a relégué la Mini au rôle de faire-valoir à plus d'une occasion, de par ses blagues dont lui seul a le secret.

Qui peut oublier l'épisode dans lequel il installe un fauteuil sur le toit de sa Mini, et rentre chez lui perché au sommet? À coup sûr, un des moments les plus comiques dans toute l'histoire de la télévision!



Au fil des ans, j'ai possédé plus d'un Mini - dont les modèles Cooper et Cooper S -, et bien que je les ai toutes appréciées autant qu'elles étaient, je ne me suis jamais livré aux mêmes cascades que Mr. Bean pour les protéger.

Ce ne sont pas des serrures, mais des cadenas qu'il utilisait pour verrouiller ses portes; seul lui savait mettre le contact, étant donné la séquence bien précise - et bien complexe - qu'il avait élaborée. Mais tout ça ne suffisait pas pour lui. Pour assurer la sécurité de son véhicule, il poussait parfois la blague jusqu'à retirer le volant.

Ça c'est drôle, mais ce qui est vraiment tordant, c'est que je me suis moi-même livré à cette même excentricité. À l'époque où je pilotais ma voiture de rallye sur la route, je ne me gênais pas pour me servir du dispositif de relâchement rapide du volant comme d'un antivol.

Déambulant sur le trottoir, volant à la main, je devais alors essuyer plusieurs regards perplexes.

Peut-être est-ce simplement que nous autres Britanniques aimons agir de la sorte, ou peut-être est-ce que je me suis laissé inspirer par le génie de Mr. Bean - parce que génial, il était!