Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

La Nissan Micra, vedette de course automobile

La Nissan Micra, vedette de course automobile

Par ,

Oubliez les courses de rue avec la Nissan Micra; ce serait vraiment ridicule. Par contre, il existe des séries de course automobile où la voiture la moins chère au Canada peut s'illustrer. 

La Coupe Micra
Un confrère que je respecte beaucoup, Jacques Deshaies, a eu l'idée après le lancement canadien de la Nissan Micra de mettre sur pied un programme de course exclusivement pour la nouvelle sous-compacte japonaise. Plusieurs appels téléphoniques, échanges de courriels, rencontres et négociations ont rendu la chose possible.

En plus ou moins un an, une compagnie de marketing a vu le jour, une équipe de gestion a été rassemblée et le premier prototype de Nissan Micra de course a été construit et peaufiné. Plus de 25 écuries se sont formées et ont acquis des voitures, puis elles ont commencé à les tester en piste.
 
Dernièrement, les médias ont eu accès à quelques Nissan Micra de course sur le fantastique Circuit du Mont-Tremblant. J'en faisais partie. D'ailleurs, on m'avait même proposé de démarrer ma propre écurie, genre « MSP Racing », mais j'ai rencontré la femme de ma vie et acheté une maison à la place.

J'ai également reçu une invitation pour prendre part à une course cet été en tant que journaliste. Seule condition : je dois obtenir une licence régionale.

Permis de courser
Jean-François Dumoulin, Philippe Létourneau et Martin Roy de l'école Jim Russell sont des instructeurs de conduite réputés mondialement. Ils devaient faire de moi un meilleur pilote pour que les dirigeants de l'ASQ (Auto Sport Québec) acceptent de me donner une licence. J'attends toujours ma réponse car, apparemment, je suis bon avec un volant, mais nul avec la paperasse.

La Nissan Micra, elle, est une petite voiture légère, agile et incroyablement amusante à conduire. Les exemplaires que vous voyez sont des versions de base S préparées pour la course par MIA (Motorsports In Action) à St-Eustache. L'intérieur a été dépouillé et une cage de sécurité y a été installée. On retrouve aussi des sièges de course avec harnais, des plaquettes de course, une suspension NISMO et plus encore. Ainsi modifiées, ces Micra n'ont plus le droit de rouler sur la voie publique. 

Rouler à fond avec la Micra
La Nissan Micra est super excitante à conduire en piste. Il faut toutefois garder quelques éléments en tête, à commencer par sa distribution de poids d'environ 65/35. Ça veut dire que le derrière de la voiture est très léger et ne fait que suivre le devant, que les pneus arrière mettent beaucoup de temps à se réchauffer et que les freins arrière travaillent moins que ceux d'avant (c'est pourquoi des tambours suffisent à l'arrière, mais que des plaquettes haute performance mordent les disques à l'avant). 

La chaleur peut être un allié, surtout quand les pneus sont finalement réchauffés. À froid, la Nissan Micra a bien sûr tendance à survirer, mais dès que le caoutchouc atteint une température optimale, elle devient prévisible et très facile à gérer. 

Son manque apparent de puissance est trompeur. Une fois qu'on atteint notre vitesse, le but est de garder le momentum. Au Circuit du Mont-Tremblant, on enchaîne rapidement les virages en ne freinant fort que pour le cinquième d'entre eux. Plus on roule vite, plus la Micra nous récompense. J'ai aussi découvert qu'on s'habitue rapidement à l'adhérence des pneus lisses Pirelli DHH et qu'on peut leur faire énormément confiance. 

Les freins sont très puissants et extrêmement dociles. En devenant plus à l'aise avec la conduite de la Nissan Micra, j'ai commencé à appuyer sur la pédale avec le pied gauche dans certaines zones de la piste, mais chaque fois, même en y allant délicatement, je mettais trop de pression. Avec plus de pratique, mon jeu de pieds s'améliorera et mes freinages seront moins saccadés.

Une voiture et une série vraiment compétitives
En une journée au Circuit du Mont-Tremblant, j'ai passé près de 60 minutes à conduire la Nissan Micra de course, d'abord sous la pluie, ensuite dans des conditions plus sèches et ensoleillées.

Je possède plus de 15 années d'expérience dans la conduite sur circuit et je l'ai fait avec de nombreuses voitures allant de mes vieilles Volkswagen à une Ferrari 458 en passant par une Mazda MX-5 GT, une Subaru WRX, une Mitsubishi Lancer Evolution, une Porsche Cayman S et bien d'autres. Or, la Nissan Micra est celle que je préfère et de loin à part ça.

Si les pilotes ne la jouent pas trop dure, la Coupe Nissan Micra promet d'être une série fort compétitive et enlevante. Toutes les voitures ont été préparées de la même façon, par le même atelier, et protégées contre les modifications clandestines. Ce sont les humains derrière le volant qui feront toute la différence. 

Je participerai à la Classique d’été de Tremblant les 25-26 juillet et j'espère finir la course sans le moindre dommage. On s'en reparle!